UKRAINE : Union européenne, Fabius : menteurs !

Publié le par FSC

D'accord c'est une question de dimension géopolitique.
Mais cela nous concerne comme travailleurs ; cela concerne la CGT et ses valeurs.
Car on ne peut prétendre lutter ici contre l'extrême droite et se montrer plus que complaisant dans le proche européen avec une extrême droite qui pour la première fois depuis 1945 accède à des postes clés d'un état de plus de 40 millions d'habitants.
Car ils mentent (médias compris) sur la réalité de ce qui se passe à Kiev en total contradiction avec les résolutions par exemple du parlement européen en décembre 2012.
Les faits et les réalités :

 

Résolution du Parlement européen du 13 décembre 2012 sur la situation en Ukraine ()

Adresse :

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&language=FR&reference=P7-TA-2012-507

point 8 de la résolutions

8. [le Parlement] s'inquiète de la montée du sentiment nationaliste en Ukraine, qui s'est traduit par le soutien apporté au parti «Svoboda», lequel se trouve ainsi être l'un des deux nouveaux partis à faire son entrée à la Verkhovna Rada; rappelle que les opinions racistes, antisémites et xénophobes sont contraires aux valeurs et principes fondamentaux de l'Union européenne et, par conséquent, invite les partis démocratiques siégeant à la Verkhovna Rada à ne pas s'associer avec ce parti, ni à approuver ou former de coalition avec ce dernier;

********************************************************

Fabius le 13 mars sur France inter

 

Interrogé mardi par nos confrères de Radio France Inter sur la situation en Ukraine, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a rejeté les accusations portées contre le parti antisémite Svoboda (Liberté), qualifié d’extrême droite, représenté dans le nouveau gouvernement ukrainien.

Quand on accuse ce gouvernement d’être d’extrême droite, c’est faux”, a affirmé M. Fabius. “Il y a trois membres du parti Svoboda qui est un parti plus à droite que les autres, mais l’extrême droite n’est pas au sein du gouvernement”, a-t-il ajouté.

***********************************************************

La vérité du Gouvernement de Kiev :

 

 Le vice-premier ministre, numéro 2 derrière Iasteniouk, est Alexander Sytch. Membre du parti fasciste « Svoboda ». Il est connu pour ses interventions virulentes au Parlement, sa croisade « anti-avortement », son anti-communisme fervent (sa région Ivano-Frankisvk a fait interdire le PC). 

 La présidence du Conseil de sécurité nationale, organe suprême pour la défense et l'intérieur, est confiée à Andrei Parubiy, fondateur du Parti national-social (inspiré du NSDAP de Hitler, oui !) ancêtre de Svoboda, dont il fut le leader de sa jeunesse para-militaire, il a dirigé les forces d'auto-défense à Maidan, aujourd'hui il se dit membre de l' « opposition modérée » (sic).

Dans un autre poste majeur, le Bureau du Procureur général, on retrouve un membre de Svoboda, Oleg Makhnitsky. Le procureur général dispose du pouvoir suprême sur le plan judiciaire, pouvant notramment lever l'immunité parlementaire pour faire inculper tout élu.

 

Alors Messieurs du parlement européen pourquoi mentez vous donc, et comment l'invitation à ne pas s'associer à Svoboda en décembre 2012 est devenue une franche collaboration en mars 2014?

 

UKRAINE : Union européenne, Fabius : menteurs !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article