A notre frère de lutte

Publié le par FSC

Notre ami, notre camarade Jean-Louis PÉGÉ n'est plus.

Militant inlassable jusqu'au bout malgré la maladie il travaillait dans la grande succursale du garage Renault à Montpellier.

C'est Jean-Lopez son ami proche ancien responsable CGT de la section de l'entreprise et ancien responsable métallurgie de la région Languedoc - Roussillon qui lui a rendu un émouvant hommage lors des obsèques le samedi 28 juin au cimetière de Mauguio.


A notre frère de lutte
 

C’est avec une grande émotion et au nom de notre syndicat que je prends la parole afin de te rendre un dernier hommage.

Jean Louis est rentré chez Renault en 1976, il avait alors 16 ans. Il y a mené une carrière professionnelle en tant que mécanicien et il en a gravi tous les échelons. C’était un excellent professionnel.

En 1987, lors du grand conflit que nous avons mené dans l’entreprise pour le respect de la démocratie suite aux élections professionnelles du comité d’entreprise, il adhère au syndicat CGT.

A partir de là, il mènera une grande activité militante pour devenir secrétaire général du syndicat en 1992. En même temps, il va assumer d’autres importantes responsabilités  : départementales, nationales et internationales.

 

  • Départementales en tant que Secrétaire général de la métallurgie du Gard et de l’Hérault et membre de la commission exécutive de l’union départementale de la CGT Hérault  ;

  • Régionales en tant qu’animateur des syndicats CGT Renault de la zone Sud  ;

  • Nationales en tant que membre du comité central d’entreprise de Renault France et membre de plusieurs collectifs de la fédération des travailleurs de la métallurgie  ;

  • Internationales en tant que représentant du Front Syndical de Classe, aux rencontres organisées par la Fédération Syndicale Mondiale entre la France et la Grèce, lors des grandes grèves menées en Grèce.

     

C’est dire tout l’engagement et le dynamisme qu’il a déployé.

Mais là où il a beaucoup donné, c’est dans son entreprise. Il a été à la tête de tous les combats pour la défense des droits des salariés de Renault. Il était voué corps et âme à défendre immédiatement et à tout instant les intérêts individuels et collectifs du personnel. Sans relâche et en première ligne comme il disait tout le temps  :  «  L’amélioration des conditions de vie des salariés, c’est un combat permanent  ».

 

Cette activité intense de militant lui a valu d’être discriminé professionnellement. Mais là aussi, il a mené le combat devant les tribunaux compétents et obtenir une première victoire face à la direction de Renault. Une première car un autre procès est en cours, toujours pour discrimination et nous allons voir comment le poursuivre. Nous te le devons.

La complicité syndicale et politique que nous avons eue tous les deux durant toutes ces années me permettent aujourd’hui d’affirmer quel genre d’homme était Jean Louis  :

 

  • Fidèle à ses idées,

  • Inébranlable aux valeurs qu’il défendait,

  • Mais aussi d’une grande honnêteté et d’une intégrité exemplaire.
     

Rigueur, droiture, ont été les piliers de son activité militante. C’est ce qui lui a valu d’être respecté par tous, amis et opposants. Son souci permanent était d’assurer la relève, former les jeunes et là aussi il a gagné en laissant derrière lui toute l’équipe qu’il faut pour continuer le combat.

Mais Jean Louis était aussi un homme ouvert à tout avec une activité personnelle très riche. Il était chasseur, il pratiquait le trial et participait à des compétitions, et dernièrement, Sylvie son épouse lui avait transmis sa passion pour les chevaux. Cette passion nous a encore unis un peu plus tous les deux car je la partage également.

Nous sommes là aujourd’hui pour l’accompagner dans son dernier combat qu’il a livré avec courage contre la maladie, combat qu’il n’a pas pu vaincre cette fois-ci.

Nous avons une pensée très forte pour sa famille, sa maman, son fils Fabien, sa fille Roxane, et tout particulièrement Sylvie, son épouse. Nous vous souhaitons à tous beaucoup de courage.


Adieu Jean Louis, notre ami, notre frère de lutte.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article