Toyota , virée parce qu'enceinte!

Publié le par FSC

démocratie dans l'entreprise, droit des femmes, égalité, dialogue social, réformes justes ....

bla-bla-bla-bla-bla ....

A noter le silence de médias pourtant prompt à s'enflammer en d'autres occasions!

 

_________________________

Virée de Toyota pour avoir dit à mon chef que j’étais enceinte.
« Je m'appelle Mélodie Brouilliard, j'ai 23 ans et je commençais à travailler sur la ligne Portes, à l'assemblage, en équipe bleue.

Les 15, 16 et 17 septembre, la grande porte qui sépare l'atelier était en panne... et on a respiré des mauvaises odeurs, des émanations de solvants qui venaient de l'atelier Plastique. On a été plusieurs à en
être malades.


Moi aussi j'ai eu mal à la tête à cause des solvants, et puis j'ai eu des nausées et j'ai été obligée d'aller à l'infirmerie.

J’y suis allée pendant la pause de 7H15 pour que personne ne soit obligé de me remplacer sur la ligne. J'ai aussi été honnête avec mon chef, et je lui ai dit que j'étais enceinte.


C’était le 17 septembre et on était d'équipe du matin.

L'après midi du 17 septembre, ma boite intérim m'a téléphoné pour me dire que mon contrat était assé !

Depuis, je suis sans travail. Pourtant, les lois interdisent de virer une femme parce qu'elle est enceinte.

Mon contrat de travail de 6 mois a démarré le 8 septembre. La période d’essai était de 5 jours.

Même en intérim, il y a des lois. Pour virer quelqu’un, il faut un entretien où l’ouvrier peut se défendre, il
y a des délais à respecter...

Pour moi, ça a été un coup de fil pour me dire : « Ton contrat est arrêté. Demain, ce n’est pas la peine d’aller chez Toyota. »

Bien sûr, je sais que la direction de TMMF se défend, et justifie la décision du G/L en disant que j’ai
eu un mauvais comportement, que j’ai mal parlé, et que ce serait ça la vraie raison...

Celles et ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt timide et réservée.

Si j’ai trouvé la force de me défendre et de m’adresser à vous aujourd’hui, c’est parce que j’ai rencontré d’autres travailleurs, à la CGT, qui me soutiennent et vont continuer de me soutenir dans mes
démarches.


Ils sont allés voir la direction à plusieurs reprises pour demander de réparer l’injustice dont je suis victime, et de me reprendre au travail.
Grâce à un délégué de la CGT, je sais que le G/L a reconnu dans une discussion « être allé trop loin » avec moi... « Qu’il n’aurait pas dû ».

Je ne connais pas bien ce G/L. Mais pour avoir osé me jeter dehors quand je lui ai dit que j’étais enceinte, c’est triste pour lui.

Et s’il a une conscience, il doit avoir du mal à se regarder dans la glace le matin.

Mais lui aussi est une « victime » de ce qui se passe dans cette usine. Car il a des supérieurs qui lui mettent aussi la pression, et qui lui donnent des ordres qui peuvent pousser à ça parfois...

Tout est organisé pour faire accepter ce qui n’est pas acceptable. On rabaisse notre dignité, on nous divise entre embauchés et intérimaires, hommes et femmes, jeunes et vieux, les équipes les unes contre les autres, les « chefs » contre les ouvriers...

Je ne dois pas être malheureusement la première à TMMF à qui ce genre d’injustice arrive.

Mais ce que je souhaite, c’est que mon histoire serve pour l’avenir, et que je sois la dernière femme enceinte à se faire virer parce que je vais bientôt donner naissance à un enfant.

 

Pour cela, j’espère que vous aurez toutes et tous compris qu’il ne faut pas rester muets quand il y a des injustices. Quand on n’est pas d’accord, il faut le dire.

 

Si vous voulez aussi m’apporter des messages de soutien, cela m’aidera à continuer de me défendre.

Voici mon adresse mail :
melodiebrouilliard@outlook.fr
Bon courage, car il en faut beaucoup pour travailler dans cette usine.


Le 3 octobre 2014
Mélodie Brouilliard

 

__________________________

C'est le tract que les militants CGT ont distribué aux côtés de Mélodie aux
entrées chez Toyota ce vendredi 3 octobre.

A noter la présence d'une équipe de RTL pour une émission en direct, de
4H30 à 7H... où la rédaction de RTL a volontairement boycotté cette
injustice qui scandalise tous les salariés.
Le tract a été distribué à 3 000 exemplaires
La rédaction de RTL était au courant de la situation de Mélodie et du tract
dès hier 2 octobre.

Pour la CGT Toyota
Eric Pecqueur

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article