Valls aime les syndicats "forts" .... et couchés comme la CFDT

Publié le par FSC

Vous avez dit "syndicalisme rassemblé?"

______________________________

Valls loue le "courage" réformiste de la CFDT

 

    • Par Le Figaro.fr avec AFP

A l'occasion des 50 ans de la CFDT, le Premier ministre a plaidé pour des "syndicats forts" qui, comme la CFDT, "osent la négociation".

Le Premier ministre Manuel Valls a salué mercredi le "courage" de la CFDT, qui fête ses 50 ans, plaidant pour des "syndicats forts" qui, comme la CFDT, "osent la négociation".

"Si je devais choisir une qualité pour définir la CFDT, ce serait le courage", a-t-il lancé dans un discours lors de la grand-messe de la CFDT à la Mutualité, à Paris. "Le courage de proposer", "de nouer des compromis", du réformisme négocié", a-t-il énuméré.

La CFDT a "osé la négociation" et su "tenir le langage du pragmatisme", quelle que soit "la couleur politique" des gouvernements successifs, a salué le chef du gouvernement.

"Ce ne fut pas facile, cela vous a couté cher", a-t-il noté, faisant allusion à l'accord sur la réforme des retraites en 2003, qui avait entraîné des départs en masse du syndicat. "Vous aviez raison et nous aurions dû être alors à vos côtés", a ajouté M. Valls.

"Je lis parfois dans telle ou telle gazette que la CFDT serait inféodée au gouvernement actuel (...) Ce n'est pas vrai", a-t-il démenti, même si, a-t-il concédé, "nous sommes souvent d'accord".

Depuis le début du quinquennat de François Hollande, la centrale a agréé toutes les grandes réformes sociales du gouvernement.
Manuel Valls a aussi énuméré les "sujets qui fâchent" - "des intermittents du spectacle à la modulation des allocations familiales en passant par le gel du point des fonctionnaires" - s'attirant quelques sifflets.

Alors que le syndicalisme "n'a pas toujours bonne presse", la France a besoin "du syndicalisme, de syndicats forts", a insisté le Premier ministre.

Manuel Valls, qui était adhérent de la CFDT "il y a 30 ans, en tant que jeune attaché parlementaire", a déploré "un certain émiettement syndical", "une faiblesse du nombre d'adhérents".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article