CGT : en finir avec les manipulations

Publié le par FSC

CGT : la CE du 7 janvier des dispositions incompréhensibles et une véritable manipulation!

Face à la situation de crise qui s'est installée au sommet de la CGT, sous diverses formes, une très forte volonté de transparence, de démocratie et de débat clarificateur s'est exprimée ces dernières semaines dans toute la CGT.

Publiquement souvent et d'une ampleur sans précédent, dans l''espoir de décisions qui répondent sans détours à cette attente.

Et que répondent T. Lepaon et la majorité de la Commission exécutive réunie ces 6 et 7 janvier?

Par 34 pour, 12 abstentions et 4 contre dans un premier mouvement ils actent la démission du secrétaire général et du Bureau confédéral "en vue de proposer une nouvelle équipe de 10 membres ".

Et dans un second mouvement, après avoir avoir affirmé que pour être crédible cette équipe devra rassembler la CGT ils mettent en place un "dispositif autour du secrétaire général" de 3 ou 4 personnes pour travailler en fait à la constitution du nouveau Bureau confédéral proposé à la nouvelle CE du lundi 12 janvier en vue du CCN du 13.

Mais comment confier à une équipe pilotée par l'actuel secrétaire général le soin de faire des propositions sur la constitution d'un nouveau Bureau confédéral rassembleur, ALORS que la demande de départ de T. Lepaon s'est exprimée de manière tout à fait massive.

NON, compte-tenu des circonstances et des reproches qui lui ont été adressé et qu'à notre connaissance la Commission de Contrôle Financier a confirmé et conforté, T. Lepaon n'est pas en mesure de constituer un pôle rassembleur, pivot de la construction d'une nouvelle direction capable de regagner la confiance des militants.

Il s'agit en fait d'une fausse démission visant à contourner cette exigence et à placer le CCN devant une situation bouclée d'avance.

Il s'agit donc d'une manipulation qui prépare un coup de force!

Car comment mettre en place une nouvelle équipe s'attaquant de front aux dysfonctionnements qu'a révélé la crise et engageant les incontournables débats sur les raisons des dérives que nous avons pu constater, y compris les questions qui ont trait à l'orientation de la CGT avec les mêmes et autour du même secrétaire général.

NON, c'est vraiment du neuf dont a besoin la CGT!

C'est le CCN qui est l'organe souverain de l'organisation entre deux congrès.

La majorité de la CE tente de déposséder le CCN de cette responsabilité majeure en encadrant son ordre du jour et en limitant ses possibilités de choix.

Si les statuts prévoient que la CE fixe l'ordre du jour du CCN sur proposition du BC, ils prévoient également qu'à la majorité simple " il fixe en début de chaque session, ses méthodes de travail.".

Il est donc totalement maître de l'organisation des débats qui doivent présider à son fonctionnement de surcroît dans une situation exceptionnelle et s'agissant d'un CCN extraordinaire

Le CCN ne doit pas se laisser imposer des choix résultant d'une véritable manipulation comme on l'a vu.

C'est toute la CGT qui est en attente de neuf et d'une restauration authentique de la confiance des salariés et du peuple lui-même, gravement entamées dans la dernière période.

Le Front Syndical de Classe

9 janvier 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bidault 11/01/2015 11:00

Une précision est ici nécessaire. Le compte-rendu de la CEC est partiellement inexact : il n'y a pas eu de vote sur la démission de Thierry Lepaon et du bureau, mais sur la proposition de l'ex-secrétaire général de composer et diriger un groupe de travail chargé de proposer une nouvelle équipe de direction. Autrement dit, seuls quatre membres de la CEC ont refusé à Lepaon le privilège de présenter le candidat à sa succession.

arnold 10/01/2015 15:41

Le vrai visage de Thierry Lepaon
Le secrétaire général de la CGT devrait être écarté le 13 janvier par le « parlement » de la centrale. Itinéraire d’un apparatchik normand qui s’est fait un grand nombre d’ennemis au fil de son ascension.
Par Denis Demonpion
L'Obs N°2618 - 8 au 14 Janvier 2015 p. 56 à 59

À télécharger ici : http://dl.free.fr/mO8d3PI5J

arnold 09/01/2015 12:19

Extrait du Monde daté du 09/01/2014

Scénario surréaliste

Lundi 12 janvier, lors d’une nouvelle réunion de la CE, M. Lepaon, qui s’est entouré d’un collectif de « trois ou quatre camarades » dont l’identité n’est pas connue, fera des propositions « concernant le futur bureau confédéral ainsi que l’administrateur et le secrétaire
général ». Elles seront soumises le lendemain au vote du CCN, composé des secrétaires généraux des 33 fédérations et des 96 unions départementales. Ce scénario surréaliste a été adopté par 34 voix pour. Il y a cependant eu 12 abstentions – dont cinq membres du bureau confédéral : Éric Aubin, Sophie Binet, Marie-Laurence Bertrand, Valérie Lesage et Mohammed Oussedik – et quatre votes contre émanant de représentants des organismes sociaux, des personnels pénitentiaires et des unions départementales des Bouches-du-Rhône et de Haute-Garonne.
« C’est le démissionnaire, qui n’a plus la moindre légitimité, qui va piloter sa succession, s’indigne un responsable de fédération. Et il met le point d’orgue à son déshonneur en voulant rester à la CE. On est en plein délire ! » Lors des débats, encore très tendus, M. Aubin a proposé que « les trois candidats malheureux à la succession de Bernard Thibault [Agnès Naton, Nadine Prigent et lui-même] ne soient ni dans le collectif chargé de préparer la nouvelle équipe ni dans le futur bureau confédéral ». Suggestion balayée avec véhémence par Mme Prigent : « Je ne suis absolument pas d’accord, a-t-elle lancé. On ne me fera pas taire. Celui qui voudra m’écarter de la CGT n’est pas encore né ! Je suis disponible pour la CGT. » Étonnant retournement de l’histoire. En mars 2013, M. Lepaon avait résisté à la pression de M. Thibault qui lui avait demandé de garder son ex-dauphine au sein du bureau confédéral. Il ne voulait même pas que Mme Prigent reste membre de la CE… En voulant piloter sa succession, M. Lepaon renforce l’hypothèse d’une candidature de Philippe Martinez, secrétaire général de la fédération de la métallurgie, soutenu par Mme Prigent et la fédération de la santé, comme futur secrétaire général.

« Légitimité »

« Je vois mal Martinez être en capacité de rassembler la CGT, observe un dirigeant de fédération. Il a le même profil que Lepaon, en plus intelligent. Il est imbu de sa personne. Et on ne connaît pas sa ligne politique. » Pour plusieurs membres de la CE, le scénario imaginé par M. Lepaon risque de faire monter la colère de la base si celle-ci voit qu’un secrétaire général, discrédité par des affaires touchant à son train de vie et forcé au départ – après avoir résisté avec un entêtement peu commun – est tenté d’être le metteur en scène de la suite du film… « Il ne faut pas oublier que c’est le CCN qui aura le dernier mot, se rassure un opposant à M. Lepaon, et il peut balayer le scénario imaginé en jugeant que le secrétaire général démissionnaire n’a aucune légitimité pour garder la main sur son remplacement. » L’histoire récente montre en effet que ce que construit le gouvernement élargi de la centrale peut être démoli par son parlement. M. Thibault en a fait l’expérience. Le 31 mai 2012, lorsque la CE avait proposé la candidature de Mme Prigent au poste de secrétaire générale, le parlement de la centrale l’avait rejetée par 304 voix contre, 255 pour et 82 abstentions. Une telle répétition de l’histoire n’aurait rien d’improbable. La réunion de la CE s’est achevée mercredi, peu avant 16 heures. En ordre dispersé, M. Lepaon et d’autres membres du bureau confédéral, comme M. Aubin et M. Oussedik, se sont rendus place de la République pour participer, avec d’autres dirigeants syndicaux, comme Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, au rassemblement organisé après l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo.

Le Monde du 09/01/2014 ici : http://lenfile.com/sudowvq32p/getdownloadcodes2.html

arnold 09/01/2015 12:43

À lire aussi : http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0204065553585-thierry-lepaon-sentoure-de-proches-pour-choisir-la-prochaine-direction-de-la-cgt-1081711.php