Bourses du travail : menaces à Foix aussi !!

Publié le par FSC

Nouvelle agression !

On remarquera là-aussi qu'il s'agit d'un motif immobilier, de rentabilité et de vente au privé.

Alors agression concertée que tout ça?

L'ologarchie ne cesse de se plaindre de l'affaiblissement des syndicats : ce qu'ils souhaitent : des syndicats forts ... et couchés.

Pour l'heure elle s'attaque à un des éléments de base qui constitue le maillage de proximité à l'écoute des besoins des salariés, comme des précaires et des sans emploi.

Notons que le maire de Foix Norbert Meler est socialiste.

 

 

___________________

Source : La Dépêche
CGT : l'union locale s'oppose aux propositions de relogement du maire

Une quarantaine de personnes étaient réunies hier devant la mairie fuxéenne./Photo DDM
Une quarantaine de personnes étaient réunies hier devant la mairie fuxéenne./Photo DDM

Une manifestation un peu particulière a rassemblé quelque quarante membres de la CGT, hier, devant la mairie. Cette fois, ils n'étaient pas là pour défendre les droits des salariés mais pour demander au maire de Foix un nouveau local.

Pour l'heure, le syndicat est logé place Parmentier, au-dessus de l'ancienne halte-garderie. Mais le bâtiment municipal va être vendu à un investisseur privé. Il sera démoli puis remplacé par des logements neufs. «Cela permettra d'amener de la population en centre-ville», précisait Norbet Meler, le maire de la cité comtale, dans notre édition d'hier. Problème, les deux bureaux de 10 et 16 m2 qui leur sont proposés à la maison des associations ne leur conviennent pas. «Les deux lieux ne communiquent pas entre eux, ils sont trop petits pour accueillir le public et ne sont pas adaptés aux personnes handicapées», note Maryse Gomes, secrétaire de l'union locale de la CGT de Foix.

Elle ajoute : «En 2009, nous avions demandé à Jean-Noël Fondère, l'ancien maire, de disposer d'un local plus fonctionnel et plus grand que nos 12 m2 actuels. Nous n'avons pas eu de réponse pendant quatre ans». L'union locale a été reçue en février par Jean-Paul Alba, adjoint à la vie associative. «Il ignorait les demandes que nous avions faites. Nous devons quitter les lieux au plus tard sous six mois», ajoute Maryse Gomes.

Accompagnés de leurs camarades des différentes sections de l'Ariège, les membres de la CGT de Foix ont tenté vainement de s'introduire dans les bureaux du cabinet du maire, à l'hôtel de ville. «Le rendez-vous a été fixé courant de la semaine prochaine», a souligné, de son côté, le premier édile.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article