Congrès CGT de la santé : un autre avis

Publié le par FSC

Nous avons publié en date du 26 mars, une réflexion sur le récent congrès de la fédération CGT de la santé.
 
 
Des camarades de la santé appartenant au FSC ne partagent pas les avis émis dans cette réflexion
Place donc au débat et à la diversité des appréciations avec le texte ci-après de camarades de la santé.
______________________________________
 

A propos du Congrès de la Fédération Santé CGT

 
Chers camarades,
 
Nous avons pris connaissance du texte publié par le FSC à propos du Congrès de la Fédération Santé CGT, et nous tenons à vous faire part de notre réserve quant à ce texte.
 
Certes, on peut se réjouir que pour la troisième fois en un an les bases militantes s’imposent dans un congrès d’une Fédération CGT, à l’encontre des desiderata de la Fédération ou de la Confédération, d’autant que la Fédération Santé est la seconde fédération (75000 adhérents) après celle de la Métallurgie.
Certes, on peut se réjouir qu’il s’agisse là d’une expression de la démocratie syndicale.
Mais on ne saurait occulter la question de fond : au profit de qui ?
 
On ne saurait parler de ce congrès en passant sous silence le fait que cette « révolte de la base » ait été largement orchestrée et manipulée par la ligne réformiste de la CGT, qui a réussi à faire élire, par les bases en colère, une CE et une Secrétaire Fédérale à sa botte.
 
Pour nous, militants de terrain combattant pour la démocratie syndicale et adhérents au FSC, ce congrès est avant tout un grave échec pour tous ceux qui se positionnent sur une ligne de lutte des classes.
Il nous paraît désormais évident que la Santé, publique et privée, va avoir à pâtir de la politique de collaboration de classes que la nouvelle direction va appliquer.
 
Au-delà, le camp réformiste se trouve renforcé pour imposer sa ligne de collaboration lors du prochain congrès confédéral. Si Philippe Martinez maintient le cap qu’il s’est fixé, il sera en désaccord avec la nouvelle direction de la Santé.
 
L’expression de la démocratie syndicale par la base est à saluer, mais sa récupération par ses pires ennemis doit être condamnée et dénoncée.
On ne saurait se réjouir que les électeurs virent Hollande si leurs voix se reportent sur Sarkozy ou Le Pen…
 
 
Des militants FSC/Santé
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article