PS, Gouvernement : Gaz de France mis à mort!

Publié le par FSC

Source : le site de Canaille le Rouge

Captation et détournement d'héritage,
Engie, le fond ou...
 Captation et détournement d'héritage, Engie, le fond ou...

 

En pleine période de célébration des 70 ans de la capitulation nazie et de la reconstruction de notre pays, le parti au pouvoir qui pilote l'Etat de notre République, alors qu'il détient une confortable minorité de blocage, laissant poursuivre la privatisation d'EDF GDF qu'il stigmatisait quand il fallait draguer les voix, décide de supprimer "Gaz de France" du paysage de notre pays.

Valls, pour participer à la vision de Kessler, dégage l'horizon à coup de francisque.

pour rappel, la structure du capital dans GDF Suez

pour rappel, la structure du capital dans GDF Suez

Communiqué de la FNME CGT

 

MISE À MORT DE GAZ DE FRANCE !


Après avoir créé les conditions pour absorber les activités et les salariés de l’ex Gaz de France, le groupe GDF SUEZ tire un trait sur son nom, son histoire, sa culture et le capital humain apporté par le savoir-faire de Gaz de France.

Pour mettre fin à une certaine idée du service public portée par les salariés, le PDG sur le départ, MESTRALLET, et sa probable remplaçante, Mme KOCHER, font table rase de l’histoire qui a permis l’indépendance énergétique à laquelle le gaz a largement contribué depuis la libération.

LA FNME CGT et les salariés de la Branche Infrastructures et du Commerce Gaz dénoncent cette opération de négation de l’histoire des Hommes et de l’entreprise qu’ils ont construite au service de la Nation.

La dénonciation, c'est bien. Mais reste avec les autres forces syndicales et sociales à annoncer l'engagement d'une reconquête du service public.

C'est ce qui manque dans ce communiqué mais certainement qu'il aura une suite, du moins Canaille le rouge l'espère.

Rédigé par Canaille Lerouge

_________________________

Consulter également le très bel article du site de Romanin :

 

http://romanin.over-blog.com/2015/04/ne-m-appelez-plus-gdfrance.html?utm_source=flux&utm_medium=flux-rss&utm_campaign=politics

Avec une vidéo centrée sur la vie et l'action de Marcel Paul

 

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Mais ENGIE. Oui, c'est mieux pour une ex-entreprise publique de gaz fondée à la Libération sur le programme politique du Conseil National de la Résistance. C'était le 8 avril 1946, l'Assemblée nationale votait la nationalisation du gaz et la création de Gaz de France: GDF.

Et puis, au fil des années, la concurrence libre et non faussée, bref le capitalisme, prend le dessus. Sous Jacques Chirac, la loi du 9 août 2004 fait de GDF une société anonyme et 30% tombe dans l'ecarcelle des capitalistes. Toujours sous la droite, le 25 février 2006, GDF devient GDF-Suez, la privatisation s'accélère et l'état n'aura plus que 35% de parts, une minorité de blocage dit la droite, mais qui ne bloque rien du tout. Le 7 décembre 2006, la privatisation de GDF est votée. La cote est de 23, 20 euro à la Bourse de Paris. Quelques heures après, elle est à 28, 50 €, c'est-à-dire un bond de +22,84 %. Oui, le capitalisme, c'est aussi du profit sur le dos d'un service public hier nationalisé.

Aujourd'hui, sous François de l'Elysée, pas de marche arrière: GDF n'existe plus du tout. Et bonjour donc à ENGIE! Pile poil l'année où on célébre le 8 mai 1945.

Mais ça tombe bien, Emmanuel Macron, le banquier de Rotchschild, que François de l'Elysée a adoubé ministre de l'industrie, a déclaré ce week-end dans le Monde: "Nous avons les moyens de façonner un capitalisme à l'image de nos ambitions". Il poursuit: "La France a besoin d'un capitalisme de long terme, qui accompagne nos entreprises dans leurs investissements".

Social-démocrate, social-libéral, social-capitaliste ou un autre machin truc chose pour dénommer le PS? J'attends le communiqué de la bande des 4, celui des frondeurs encartés Rue de Solférino à Paris, avec qui on voudrait repriser la gauche plurielle. Au fait, Lionel Jospin, ex-premier ministre socialo de la gauche plurielle, il en pense quoi de Engie?

 

Ne m'appelez plus GDFrance

 

Marcel Paul, ancien résistant et déporté, ministre communiste de la Production industrielle, qui proposa la nationalisation du gaz

Rien à voir avec un banquier d'affaires ni un Cocorico-Montebourg à ce ministère.

 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
revenons aux valeurs humanistes de l'esprit de la Resistance ,vive les poles publiques de l'energie,des transmissions,des minerais,de l'education et de la securité sociale ....le bon sens nom de de dieu .
Répondre