Grève dans l'Education Nationale le 19 mai

Publié le par FSC

Soutien à la lutte des enseignants

Le 19 mai, les enseignants seront en grève et manifesteront contre la « réforme » du collège, énième attaque contre le service public d’Education. Le FSC, qui compte dans ses rangs des militants de la FSU, soutient les enseignants et appelle à les soutenir.

Depuis des années, les contre-réformes se succèdent dans l’Education nationale, de la maternelle à l’université. Dans tous les cas, les mêmes principes guident la rédaction des projets de lois : fragilisation des statuts, développement du pilotage local et de la concurrence entre établissements, introduction des méthodes du « new public management », appauvrissement des contenus et formatage idéologique des élèves, le tout dans un contexte de suppressions massives de postes.

Aucun hasard dans une telle cohérence des attaques : au cœur des politiques éducatives se trouve la stratégie de Lisbonne définie par l’UE en 2000 et qui programme l’application stricte des ambitions du grand patronat européen pour l’école tel que définies par l’UNICE (Medef européen).

La réforme du collège s’inscrit absolument dans cette injonction patronale et avance d’un pas supplémentaire avec la casse des programmes nationaux, l’autonomie locale pilotée par des chefs d’établissement aux pouvoirs étendus, la mise en cause des disciplines, l’attaque contre la langue française sous couvert de disparition du latin, la promotion du tout-anglais, l’alourdissement de la charge de travail pour les personnels tandis que les programmes réduisent les exigences à un « socle commun » et aux « compétences » qui assimilent de plus en plus l’Education à une vaste entreprise de dressage des classes populaires, à l’opposé des objectifs assignés par le CNR et le plan Langevin Wallon articulé autour de « la possibilité effective, pour les enfants français, de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture la plus développée ».

Si l’inquiétude est grande parmi les enseignants de collège, c’est que ceux-ci comprennent que la casse de l’Education Nationale connaît ici une étape décisive[1].

Il faut tout faire pour que leur mobilisation débouche sur un succès, à l’inverse des mobilisations des années précédentes concernant l’école primaire, le lycée ou le supérieur. Pour cela, il faudra construire une lutte durable et massive, appuyée sur la conscience que se joue là un élément fondamental de l’avenir du pays et que s’y retrouvent les mêmes éléments que partout ailleurs : Hôpital, Sécu, transports, culture, industries (une école a minima correspond à un pays sans industrie et sans avenir et à la volonté de créer des générations de salariés interchangeables), droit du travail, libertés publiques… ce sont tous les secteurs composant la Nation qui passent à la moulinette euro-patronale.

Pour gagner vraiment contre le gouvernement, l’UE et le grand patronat, les soutiens et les convergences doivent ainsi s’affirmer dans la mise en cause tous ensemble et en même temps de cette politique qui sacrifie les intérêts du plus grand nombre au nom du profit maximal.

Soutien à la lutte des enseignants contre la casse du collège !

Tous ensemble, développons les convergences pour s’opposer à la casse sociale et ouvrir des perspectives de changement populaire et progressiste !

[1] Derrière les « éléments de langage » des gouvernements qui affirment le contraire de ce qu’ils font (« sauver les retraites », « Europe sociale », « assurer la réussite de tous les élèves »…).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article