Répression à l'université aussi!

Publié le par FSC

Hier Bernard Mezzadri, enseignant à l'Université d'Avignon était traduit en justice.

Sur les circonstances nous en avons déjà fait état :

http://www.frontsyndical-classe.org/2015/12/un-universitaire-traduit-en-justice-pour-crime-de-lese-valls.html

Sur plainte de sa direction, en travestissant ses propos et leur caractère ironique et à prendre donc au second degré pour protéger manue Valls dont les propos attestés par vidéo sont eux clairement racistes:

https://www.youtube.com/watch?v=ESXpTsAJQ-4

On remarquera que l'ancien président de l'université qui a alerté le parquet un de ses soucis est qu'il y avait selon lui s'agissant de propos faisant référence au premier ministre ,et constituant un outrage à personne dépositaire de l'autorité publique:

"Le président se décharge aussi sur le parquet, qui se serait mépris dans la qualification des faits : « L'ancien président, Emmanuel Éthis, a fait ce signalement (sur le “chasseur de Roms”) pour ce qui lui semblait tomber sous le coup de l'outrage à personne dépositaire de l'autorité publique (le premier ministre). Il en a informé le procureur de la République qui a décidé de poursuivre l'enseignant, non pas pour outrage mais pour haine raciale alors qu'Emmanuel Éthis avait précisé : “L'université n'a pas porté plainte, n'est pas victime et ne s'est pas portée partie civile.” »

Nous voici donc revenu à la volonté du pouvoir politique de contraindre les fonctionnaires au silence. Pour masquer ses turpitudes, ses complicités avec les puissants et le monde de la finance?

 

De toute manière également jusqu'à présent,l'appareil judiciaire s'est révélé complice du travestissement des faits et propos qui ont conduit Bernard Mezzadri devant la justice.

En attendant la suite judiciaire quelques images de la manifestation de soutien à Bernard Mezzadri :

 

 

Répression à l'université aussi!
Répression à l'université aussi!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article