La lutte contre la répression syndicale s'organise et doit s'amplifier!

Publié le par FSC

La lutte contre la répression syndicale s'organise et doit s'amplifier!
La lutte contre la répression syndicale s'organise et doit s'amplifier!

On connaît le contexte : les Goodyear, les Air France ...

Il y a aussi l'offensive contre l'hébergement dans les villes des Unions locales en particulier de la part des municipalités de droite mais aussi socialistes : Villejuif, Toulouse, Foix, Bobigny ...

Hier (jeudi 21 janvier) avec l'UD CGT de Paris s'est tenue place du Chatelet à Paris un rassemblement pour dénoncer cette offensive qui concerne aussi les unions locales CGT de Chateauroux, de Saint Amand ... pour dénoncer les attaques contre les hébergements syndicaux et lancer une campagne à ce propos.

Les syndicats logés à la Bourse du travail de Châteauroux sont en effet menacés d'expulsion, nous devons les soutenir !

L'affaire, qui dure depuis plusieurs années en justice, passe devant la Cour d'Appel de Paris ce 21 janvier 2016.

Mais c'est plus de 20 lieux d'hébergement des travailleurs et de rendez-vous de la solidarité qui sont menacés.

 

Autant dire qu'il ne s'agit pas d'un hasard mais d'une politique qui vise la résistance que les salariés opposent aux contre-réformes en cours.

La preuve :

L'agression et les menaces de Jean-Marie Le Guen secrétaire d'état socialiste qui mécontent de la résistance syndicale (CGT, FO, Sud) dans la grande distribution et à la FNAc concernant l'ouverture du dimanche.

C'est que le gouvernement socialiste est partisan d'un " dialogue social" avec des syndicats couchés comme les dirigeants de la CFDT.

Raisons de plus pour que s'affirme de plus en plus fortement la solidarité et le combat commun avec tous ceux qui sont victimes de la répression.

____________

Jean-Marie Leguen préfèrent

des syndicats dociles et couchés!

Source : la presse

Jean-Marie Le Guen a critiqué mercredi, lors de l’émission Questions d’info sur LCP, le refus par la CGT, FO et Sud de signer l’accord sur le travail du dimanche à la Fnac.

Il estime que ces syndicats seront sanctionnés par les salariés de la Fnac : "Je pense que ceux qui sont des bloquants seront marginalisés et d’ailleurs, ils perdent les élections", a déclaré Jean-Marie Le Guen.

"Le syndicalisme français, dans la surenchère de la surenchère, n’arrête pas de se diviser" considère le secrétaire d’Etat en charge des Relations avec le Parlement. Selon lui, "il y a trop d’organisations syndicales dans ce pays (…) Le mouvement social français est affaibli aussi par cela, ce qui fait qu’il a une représentation largement moins grande que dans d’autres pays." Cette tendance "aboutit souvent", poursuit-il, "à un affaiblissement du mouvement social et du dialogue social".

"Les salariés ne veulent pas des défilés, des banderoles et des slogans"

"Je pense que les salariés comprennent à la fois pour eux-mêmes et aussi pour la création d’emplois l’importance de la dynamique de l’ouverture d’un certain nombre de grands magasins le dimanche", a expliqué le secrétaire d’Etat.

Selon lui, les syndicats qui sont "sur des postures de blocage", vont à la "défaite sociale". Jean-Marie Le Guen a pris l’exemple de la CGT, dont les dirigeants nationaux s’opposent, dit-il, aux syndicalistes de la base, qui "signent des accords" : "La réalité, c’est que les salariés, ils veulent que ça avance, ils veulent pas des défilés, ils veulent pas des banderoles, ils veulent pas des slogans…"

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article