51e congrès CGT : amendement Palestine

Publié le par FSC

51e congrès CGT : amendement Palestine

Les camarades de la CGT qui animent le groupe BDS propose un amendement au document d'orientation que les organisations peuvent évidement reprendre :

_________

 

Le groupe d'animation du collectif BDS CGT.

Motivations :

 
Raisons pour proposer cet amendement (2 parties en gras) :

Partie 1- reconnaitre l'Etat de Palestine est important et symbolique, mais sans portée pratique car les Palestiniens ne contrôleraient en théorie que 20 % du territoire de la Palestine historique (ce qu'on appelle la Cisjordanie, Jérusalem-Est, et l'enclave de Gaza), mais en réalité moins de 10 %, du fait de la colonisation galopante qui mite le peu de territoire que l'on envisageait d'attribuer aux Palestiniens lors des accords d'Oslo (1993). De plus, l'Autorité Palestinienne n'a qu'un pouvoir d'auxiliaire de sécurité pour le compte d'Israël sur les territoires occupés.
- Ce qui est fondamental c'est de reconnaitre les droits de toutes les parties du peuple Palestinien (12 millions de personnes, réparties entre Cisjordanie-Jérusalem-Gaza pour 4.5 millions, Israël pour 1.5 millions de musulmans et chrétiens, qui n'ont pas les mêmes droits que les juifs israéliens, et les réfugiés et la diaspora pour 6 millions d'entre eux, dont le droit au retour voté par l'ONU en même temps que la création d'Israel n'a jamais été appliqué). Pour info, il y a environ 6.5 millions de citoyens juifs israéliens.

Partie 2- Cette situation dure et s'aggrave sans cesse depuis près de 70 ans (1948) et les grandes puissances sont soit inactives soit complices de l’Etat israélien, qui dépossède et discrimine les Palestiniens. Ceci empoisonne les relations internationales et crée un légitime ressentiment dans les populations arabes et musulmanes à travers le monde (y compris en France). Pour cette raison 172 ONG palestiniennes ont appelé en 2005 au boycott des intérêts de l'Etat d'Israël par les citoyens du monde entier, comme cela avait été fait dans la lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud dans les années 70-80. Le mouvement BDS s'est développé depuis 10 ans. Le gouvernement israélien et ses soutiens en France (dont les gouvernements UMP puis PS) cherchent à faire interdire BDS (la France est le seul pays dans ce cas, et en France seul le boycott d'Israël est poursuivi !)
 

Texte initial du projet de document d'orientation :

 
 
284 - Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la reconnaissance de la Palestine et contre la politique de colonisation pratiquée par Israël sur ses territoires. La CGT continuera à placer sous surveillance les entreprises françaises et à agir contre celles qui, par leurs activités, soutiennent l’économie d’occupation de la Palestine. Elle militera pour obtenir l’interdiction sur le territoire européen des produits confectionnés dans les territoires occupés.

 

Amendement proposé :

 
 
284 amendé - Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la reconnaissance des droits du peuple palestinien (fin de l’occupation et de la colonisation des territoires palestiniens, égalité des droits en Israël entre tous les citoyens israéliens, droit au retour des réfugiés palestiniens). La CGT continuera à placer sous surveillance les entreprises françaises et à agir contre celles qui, par leurs activités, soutiennent l’économie d’occupation de la Palestine. Elle militera pour obtenir l’interdiction sur le territoire européen des produits confectionnés dans les territoires occupés et appellera à leur boycott. Elle luttera contre la répression des militants de la Campagne internationale Boycott Désinvestissements Sanctions (BDS) qui se développe en France.
 
 

- Il est donc important que la CGT appelle au boycott des produits des colonies en territoires occupés, colonies illégales en droit international, et joue tout son rôle dans la lutte contre la répression des militants BDS (dont des syndicalistes CGT) et pour leur liberté d'expression.

Publié dans CGT 51E CONGRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Proposition de compléter le texte du 284 amendé - Nous réaffirmons notre engagement en faveur de la reconnaissance des droits du peuple palestinien (fin de l’occupation et de la colonisation des territoires palestiniens, égalité des droits en Israël entre tous les citoyens israéliens, droit au retour des réfugiés palestiniens, réparation par le gouvernement Israélien des dommages humains et matériels subis par les Palestiniens).
Répondre