CGT : De l'indispensable rôle des Unions locales

Publié le par FSC

Nadine Leduc transmet le flambeau à Sébastien Forget

Nadine Leduc transmet le flambeau à Sébastien Forget

Source : Paris Normandie

Echos du terrain

Le Tréport. Succédant à Nadine Leduc, Sébastien Forget est le nouveau secrétaire de l’Union locale CGT de la vallée de la Bresle.

Nadine Leduc fait confiance à Sébastien ForgeC’est une véritable icône de la vie syndicale qui quitte sa fonction. Comme, elle le laissait sous-entendre depuis plusieurs mois, Nadine Leduc a passé le témoin, après un vote, à Sébastien Forget lors du 21e congrès du syndicat qui s’est tenu le vendredi 29 janvier.

Après seize ans à la tête de l’Union locale CGT de la vallée de la Bresle et plus de quarante ans de militantisme, le temps est venu, a-t-elle souligné lors de la cérémonie des vœux, d’amener du sang neuf au sein de la centrale syndicale. « Je ne regrette pas ma décision, d’autant que je suis toujours au bureau. Je n’aurais rien été sans la CGT, elle m’a ouvert l’esprit. Les plus beaux moments sont ceux que j’ai passés avec mes camarades de lutte et sans qui rien n’aurait été possible », a-t-elle lancé.

Appel à la jeunesse

Elle laisse la place à un jeune nouveau secrétaire de 40 ans qu’elle connaît bien pour l’avoir formé assidûment depuis deux ans. D’ailleurs, lors de son absence lors de la manifestation du 1er mai 2015, c’est lui qui l’avait suppléée au micro. Sébastien Forget n’est pas un inconnu. Né dans une famille de militants syndicaux, il est salarié de la société Albéa du Tréport. Il entre à l’Union locale dans les années 2000. Son objectif : amener les jeunes à adhérer au syndicalisme et à la CGT. « Je vais avoir beaucoup à faire. Mais cela me passionne. J’aime me sentir utile aux autres. Et je peux compter sur le soutien et l’expérience de mes camarades pour mener à bien ma mission », a-t-il indiqué. Une mission qui passera par la défense de l’hôpital d’Eu, la sauvegarde de l’emploi sur le secteur. « Il n’y a pas de trêve, il y a urgence à répondre aux revendications des salariés. Avec nos tripes, il faut prendre notre bâton de pèlerin pour garder l’activité industrielle et les services publics sur le territoire ! »

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article