Comités de soutien aux Goodyear

Publié le par FSC

Comités de soutien aux Goodyear

Ils ont tenu 7 ans contre une puissante multinationale retardant fortement l'heure de la fermeture.

2 ans après la fermeture et le sabotage du site à Amiens ils croyaient qu'on n'entendrait plus parler des Goodyear.

Mais les Goodyear sont plus que jamais là, debouts face à une justice de classe!

Par dizaines des comités se sont créés et se créent dans le pays pour exiger leur relaxe.

ci-près les compte-rendu des comités de Béthune et de Perpignan et bientôt celui d'Amiens qui s'est tenu lundi soir et auquel nous avons participé.

Il s'agit là d'une création originale de combat qui avec ses objectifs spécifiques participe à la construction du TOUS ENSEMBLE qui se déssine contre la loi VALLS/MACRON sur le travail.

Avec un premier rendez-vous le 9 mars prochain!

 

________

Comité de Béthune de soutien aux 8 condamnés de Goodyear :

 

compte-rendu de la réunion du 27 février 2016

Le 27 février au soir, dans les locaux de la Bourse du travail de Béthune, nous avons vécu une fin de semaine comme on les aime dans notre bassin minier ouest fragilisé par la crise et le chômage de masse.

Une UL bondée par plus de cent militants des entreprises locales et un Mickaël WAMEN époustouflant de sincérité, offensif, déterminé et même pédagogue quand il rappelle le déroulement de cette guerre de sept ans et la situation actuelle des salariés sacrifiés sur l’autel des profits par la multinationale milliardaire Goodyear.

 

Quelle leçon d’histoire et de dialectique quand Mickaël explique le rôle des politiques asservis à la

politique du capital, des ‘‘boys’’ qui emploient toutes les méthodes pour bâillonner la contestation et la résistance, quand il raconte ses moments dans les médias face à des machines à humilier et sa rencontre peu probable avec un Emmanuel MACRON blafard et inquiet, quand il détaille les manœuvres des barbouzes, la répression et l’intimidation policière et juridique, mais aussi quand il rappelle la fraternité et la solidarité dans la lutte malgré la colère et la haine des salariés vis-à-vis de leurs dirigeants et chefaillons formatés.

La salle était complètement conquise par le discours de ce militant ordinaire qui n’a rien

d’extraordinaire hormis ses convictions et ses valeurs de classes, et qui a su avec ses collègues et son équipe CGT, fédérer et tenir bon durant sept années face à la puissante firme Goodyear.

 

Mais aussi quel parallèle entre le vécu des salariés d’Amiens durant ces sept ans et la réalité

d’aujourd’hui des salariés de Bridgestone Béthune confrontés à une menace usante de fermeture et de délocalisation sur fond de baisse de productions volontaire et organisée.

 

Quant aux Lois Macron, Rebsamen et El Khomry, elles révèlent la dangerosité de ce gouvernement sur les droits des travailleurs et sur leur avenir ; et la salle est quasiment debout quand Mickaël dénonce le manque de fermeté de la direction confédérale et le manque de conviction des dirigeants, mais aussi les problèmes de communication et d’unification des luttes.

Toute la salle est au tempo quand il annonce qu’il faut, pour ne pas mourir, pour ne pas laisser un

champ de ruines à nos enfants, lancer une machine de guerre offensive en s’appuyant sur cette

répression des 8 de Goodyear, des militants d’Air France ou de tous les militants attaqués de toute part par un patronat décomplexé et des juges aux ordres des politiques pour faire des exemples, mater et intimider. Fédérer les résistances, fédérer les enragés, fédérer les travailleurs, avec ou sans emploi, du privé et du public, les retraités... et aller au combat pour la victoire et faire que la peur au ventre change de camp.

 

Voilà, le comité de soutien aux 8 de Goodyear du béthunois est né ce soir du 26 février 2016, et nous sommes fiers de cette création, et nous répondrons à tous les appels et à toutes les luttes, pour

renforcer l’action venue de la base, une base qui se prend en charge pour sauver les droits, les acquis, les conquis, mais aussi pour sauver l’outil syndical CGT.

Le comité local de soutien de Béthune s’est doté d’une adresse mail spécifique sur laquelle nous invitons tous ceux qui dans le département souhaitent nous rejoindre à nous écrire :

http://bethune.soutienauxgoodyears@gmail.com

En outre, il est plus que jamais indispensable de continuer à faire signer le plus largement possible la pétition nationale en continuant à diffuser l'adresse suivante :

traduire par une manifestation à Paris prochainement. Alors renvoyez vite votre adresse Mel à l'adresse ci-dessus pour que nous puissions vite vous informer de la suite !

Le comité de Béthune de soutien aux 8 Goodyear

_________________________

 

Comité de Perpignan de soutien aux 8 condamnés de Goodyear : compte-rendu de la réunion du 25 février 2016

 

le 25 février à la salle des Libertés de Perpignan plus de 200 personnes ont participé à la réunion du Comité de soutien aux 8 de Goodyear. Tous ceux qui étaient là avaient le sentiment que leur démarche s'inscrivait dans un mouvement populaire d'ampleur qui se lève dans le pays. Plusieurs, salariés de Goodyear étaient présents avec d'autres victimes de la répression sociale, fermement décidés à mobiliser les salariés comme jamais afin d'obtenir le retrait des poursuites contre les militants syndicaux.
Comme le disait un intervenant on ne laissera pas immobiliser le mouvement syndical par la menace de poursuites. On est plus déterminé que jamais à défendre nos droits notamment contre la loi Macron El Khomri. Le comité local de soutien de Béthune s’est doté d’une adresse mail spécifique sur laquelle nous invitons tous ceux qui dans le département souhaitent nous rejoindre à nous écrire :

En outre, il est plus que jamais indispensable de continuer à faire signer le plus largement possible la pétition nationale en continuant à diffuser l'adresse suivante : https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-l-appel-des-goodyear (participation gratuite)

 

Fraternellement,

Le comité de Perpignan de soutien aux 8 Goodyear

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article