Communiqué de la CGT à l'issue des manifestations du 31 mars

Publié le par FSC

Communiqué de la CGT à l'issue des manifestations du 31 mars
Communiqué de la CGT à l'issue des manifestations du 31 mars

Nous reviendons sur les enseignements de cette journée, mais pour l'instant enregistrons le succés et l'ampleur de cette journée très au-dessus du 9 mars et qui met sur la défensive le pouvoir et ses sotiens patronaux comme les dirigeants de la CFDT.

Soulignons aussi l'insistance des médias quant aux affrontements avec la police pointés comme des désordres défavorables au mouvement et en remarquant que par exemple à Paris à l'angle de la place d'Italie et du Boulevard de l'Hôpital la présence de dizaines de policiers en tenues "Robocop" et des dizaines de policiers en civil en tenue plus proche des casseurs (cagoules, foulards, sacs à dos ...) en contacts directs avec les manifestants était de nature a davantage provoquer des heurts qu'à apaiser les esprits.

Vigilance, vigilance ... afin que le mouvement prenne l'ampleur nécessaire pour contrandre le pouvoir à la capitulation comme pour la déchéance de nationalité!

Mais c'est sûr qu'il va s'arcquebouter car l'enjeu est très élevé et qu'hollande joue là la possiilité même de se représenter en 2017!

_______________________________

Immense mobilisation

Une seule issue : LE RETRAIT

 

jeudi 31 mars 2016

 

A l’image de la tour Eiffel fermée pour cause de grève, la mobilisation pour le retrait du projet de loi El Khomri et l’écriture d’un code du travail du 21ème siècle a été un véritable succès.

Au soir de ce 31 mars nous recensons près d’1,2 million manifestants dans 250 villes avec plusieurs milliers d’arrêts de travail.

Cette mobilisation est à l’image des 70% de français qui veulent le retrait de ce projet de loi.

Dans de nombreuses manifestations, l’unité syndicale dépassait largement le cadre des organisations qui avaient appelées.

Le gouvernement doit retirer son texte. Inutile de s’entêter plusieurs semaines comme pour la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et les mesures d’état d’urgence. Les recettes qu’il propose avec le Medef, sont toujours ringardes, cela fait plus de 30 ans en France comme en Europe que s’applique une baisse des droits des salariés, du coût du travail avec pour seules conséquences une montée du chômage et une augmentation des dividendes versés aux actionnaires (+25% en 2015).

Dans un contexte de hausse du chômage et d’explosion de la précarité, ce texte va favoriser le dumping social. Cela exacerberait encore plus la mise en concurrence entre des salariés, des entreprises sur un même territoire, une même branche. Elaborer un code du travail pour chaque entreprise, cela ne créera en aucun cas des emplois pérennes nécessaires à la relance économique et à l’investissement.

La jeunesse crie partout « on vaut mieux que ça !  » avec elle, la CGT est disponible pour construire ce «  mieux  ».

Nous proposons un nouveau statut du travail salariés avec des droits attachés à la personne et transférables d’une entreprise à l’autre, avec une sécurité sociale professionnelle pour ne plus passer par la case « chômage » en cas de changement d’entreprises.

Nous proposons de travailler moins pour travailler mieux et travailler tous. Nous exigeons une autre répartition des richesses et l’augmentation des salaires et des pensions.

Avec l’ensemble des organisations syndicales à l’initiative de ce 31 mars, nous allons proposer de poursuivre et amplifier l’action, les grèves, les manifestations, notamment le 5 avril en direction des parlementaires, le samedi 9 avril et après, jusqu’au retrait de ce projet de loi et pour l’obtention de nouveaux droits sociaux.

 

Montreuil, le 31 mars 2016

 

 

Policiers en tenue et en civil mélangés boulevard de l'Hôpital à Paris
Policiers en tenue et en civil mélangés boulevard de l'Hôpital à Paris

Policiers en tenue et en civil mélangés boulevard de l'Hôpital à Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Prochaines manifs mardi 5 mars & samedi 9 mars.<br /> Un grand bravo à la CGT de Marseille.<br /> Pendant que nous nous faisions gazer, les militants-es CGT qui se trouvaient dans leur car ou aux terrasses de cafés restaient imperturbable aux agressions des flics sur les jeunes. Certains-es militants-es CGT se trouvant dans leur cars nous faisaient des doigts d'honneur quand nous les appelions à nous rejoindre. Bravo à vous partenaires sociaux de patronat. <br /> Avec la CGT le grand soir c'est toujours pour demain.
Répondre