La fédération CGT de la chimie communique :

Publié le par FSC

La fédération CGT de la chimie communique :
La fédération CGT de la chimie communique :

La situation de ces derniers jours montre un gouvernement aux abois face à la montée des luttes dans le pays et l’engagement massif des salariés du raffinage. Les syndicats CGT du pétrole, avec la Fédération, ont échangé sur cette situation, ce matin 26 mai.

Nous saluons le courage et l’engagement des salariés de la branche pétrole qui ont choisi, malgré les pressions parfois énormes (chantages des directions d’entreprise à l’emploi, aux investissements, etc.), à s’exprimer par la grève pour obtenir satisfaction sur les revendications : leur combat est le nôtre.

L’unique but de la CGT, c’est la protection des droits des salariés, que la loi travail remet en cause : nous laissons les stratégies politiciennes aux politiciens. Par contre, nous ne laisserons pas les droits des salariés être piégés par ces manœuvres de couloirs.

Ce mouvement des raffineurs n’a d’autre ambition que de protéger l’intérêt des salariés en exigeant le retrait de la loi Travail, ainsi que le maintien et l’amélioration de nos conquêtes sociales dans la branche pétrole, comme dans d’autres. Alors que depuis des années les salariés subissent le « dumping social » organisé par les groupes multinationaux entre les pays, demain avec la loi travail, ce serait le « dumping social » sur le territoire national que les employeurs organiseraient d’une entreprise à l’autre, dans le même secteur.

La démocratie syndicale est au cœur de la démarche de la CGT, de ses syndicats : toutes les décisions sont prises en assemblées générales avec les salariés.

Dans tous les champs professionnels de la Fédération, des centaines d’entreprises des divers secteurs de la Fédération des Industries Chimiques tels que la chimie, le caoutchouc, le pétrole, la plasturgie, l’industrie pharmaceutique sont engagées dans des appels à la grève, souvent reconductible. Nous enregistrons une montée des appels à la grève, avec un nombre de salariés de grévistes qui progresse. De nombreux secteurs économiques rejoignent ce mouvement d’ampleur inédite en France depuis de très nombreuses années, avec des chiffres de grévistes bien supérieurs à ceux du nombre de manifestants dans les rues.

A l’inverse de l’opération médiatique visant à montrer la CGT comme minoritaire ou isolée, de très nombreux messages de soutien, de remerciements, nous parviennent, le mouvement est approuvé par une large majorité de la population, comme le montre par exemple le sondage IFOP/ RTL de ce jour. Une solidarité financière pour les grévistes a été mise en place au niveau confédéral, même si la première des solidarités doit rester l’engagement dans la lutte.

 
 

Commenter cet article