Loi travail : heurts à Caen, la CGT réclame la tête du responsable de la sécurité publique

Publié le par FSC

Loi travail : heurts à Caen, la CGT réclame la tête du responsable de la sécurité publique

La preuve des provocations policières sur ordre de la hiérarchie contre le mouvement et comment sont utilisées les violences "d'incontrôlés" pour réprimer le mouvement lui-même qui n'a rien à voir avec ces violences!

__________________________________________

Source FR3 Normandie :

Cinq personnes ont été interpelées dont quatre pour des violences contre les forces de l'ordre, selon la police. Trois sont majeures, deux mineures, selon cette même
source. La CGT a, de son côté, dans un communiqué, demandé que le préfet du Calvados "limoge immédiatement le responsable de la sécurité publique du département" (DDSP). Pour le syndicat, "des étudiants ont été de nouveau confrontés à des représailles policières démesurées".

 

La CGT dénonce en particulier une des deux charges avec gaz lacrymogènes menées par la police dans la journée, sur le campus pour déloger des manifestants d'un
amphithéâtre brièvement occupé. "Un jeune voulant échapper aux forces de police s'est jeté d'un escalier du premier étage du bâtiment. Il s'est blessé en se réceptionnant à terre. Les forces de l'ordre, au lieu de lui porter secours, l'ont matraqué avec violence", écrit Franck Mérouze, secrétaire de l'Union locale CGT dans le communiqué. Interrogé par l'AFP, il a évoqué "a minima trois blessés" parmi les manifestants jeudi sans plus de précision. Interrogé par l'AFP, un responsable de la sécurité publique a indiqué que l'évacuation s'était faite "manu militari". "C'était coups de matraques contre jets de pierre et coups de pied", a déclaré le policier.

 

Il a de son côté indiqué que des véhicules des forces de l'ordre ont par ailleurs été attaqués à coups de pierres par plusieurs dizaines d'individus cagoulés alors qu'ils passaient dans une rue de Caen. Une vitre d'un véhicule s'est retrouvé "étoilée", a-t-il ajouté. En début d'après-midi, les forces de l'ordre ont par ailleurs chargé, après avoir selon elles reçu des pierres, pour repousser des manifestants qui se trouvaient sur le périphérique de Caen.

Ces heurts ont eu lieu durant une manifestation "sauvage", selon la préfecture, qui a démarré après la manifestation officielle contre la loi travail. Cette dernière
a rassemblé dans le calme 900 personnes dans la cité normande selon la police, 3.500 selon la CGT.

 

Commenter cet article