Paris : l’éducateur de la crèche confondu avec un casseur compte porter plainte après avoir été tabassé par la police

Publié le par FSC

Un militant CGT tabassé et mis en garde à vue et qui n'a rien à voir avec las casseurs!

Est(ce qu'il s'agit pour Hollande, Valls, Cazeneuve et le préfet de police de Paris de faire peut afin de retenir les opposants à leur loi de manifester?

Et que font et disent les médias dans de telles affaires?

________________________

Source: Le Parisien : le 28 mai 2016
 
« Je n’ai pas compris ce qu’il m’arrivait. J’ai été plaqué au sol, matraqué au visage et sur le crâne. Je suffoquais. J’étais sonné » a déclaré cet agent de la Ville de Paris. Gênée aux entournures, la préfecture de police n’a pas « souhaité commenter » cette affaire
 
 
 Il ne lançait pas de projectile, ne portait pas de casque, ni de masque. Pourtant, Guillaume Floris, 40 ans, un agent de la Ville de Paris éducateur en crèche, a été traité comme un casseur. Ce père de famille, militant CGT— « non violent », précise-t-il — est sorti vendredi matin de sa « première nuit de garde à vue » au commissariat du Ve arrondissement. « La dernière », espère-t-il.
 
Jeudi, près de Nation (XIIe), il s’est retrouvé au terme de la manifestation contre la loi Travail pris dans « une charge de CRS », relate-t-il, encore choqué. « Je n’ai pas compris ce qu’il m’arrivait. J’ai été plaqué au sol, matraqué au visage et sur le crâne. Je suffoquais. J’étais sonné ».
 
Guillaume Floris va finir dans le « panier à salade ». Arrivé au commissariat, « on m’a vidé les poches et on m’a fait me mettre en slip, avant de fouiller au corps ». Il se verra notifier une garde à vue pour « agressions et jets de projectiles ». L’éclaircie viendra à deux heures du matin, lors de son audition par l’officier de police judiciaire « Elle a été correcte et m’a écouté. Je manifeste contre la loi El Khomri pas pour affronter la police ».
 
Guillaume Floris a été relâché vendredi matin sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui, indique le parquet de Paris. La CGT, de son côté, a lancé « un appel à témoins afin de récupérer des preuves dans la perspective d’une plainte ». Contactée, la préfecture de police n’a pas « souhaité commenter » cette affaire.
article du Parisien
 
Paris : l’éducateur de la crèche confondu avec un casseur compte porter plainte après avoir été tabassé par la police

Commenter cet article