L'échec du pouvoir face à la détermination du mouvement

Publié le par FSC

Hollande, Valls et consorts avaient cru par des manoeuvres et la distribution de quelques prébendes désamorcer le mouvement contre la loi travail.

Ils avaient choisi de désamorcer secteur par secteur en faisant mine de donner satisfaction aux revendications catégorielles (camionneurs, contrôleurs aériens, roulants ... et jusqu'aux maires de France), souvent avec la complicité des syndicats jaunes et de la CFDT en particulier.

Et patatras !

Le mouvement s'ancre, s'étend à d'autres secteurs, se manifeste de manière spectaculaire grâce à la détermination des militants.

Réquisition ?

Si bien que le gouvernement s'enfonce dans l'autoritarisme en brandissant la menace d'une réquisition des conducteurs de la SNCF, ce qui par ailleurs ruine l'argument matraqué par les médias d'une grève qui serait minoritaire.

Rappelons d'ailleurs à cet égard que les précédentes mesures de réquisition en 2010 prises par le gouvernement Sarkozy contre les travailleurs des raffineries ont été condamné internationalement comme remettant en cause le droit de grève.

En effet,  cette décision a été condamné par l'OIT pour non-respect du droit de grève et la justice (en l’occurrence un tribunal administratif) avait décidé il y a six ans de casser l'arrêté de réquisition signé par le préfet de Seine-et-Marne pour absence de motivations particulières.

L'hypocrisie de droite!

Pour rappel aux crieuses de droite et de gauche contre la poursuite du mouvement social "en plein euro", c'est en plein euro organisé en France en 1984 du 12 au 27 juin qu'est organiséele 24 juin par la droite la manifestation contre la loi Savary sur l'école avec la bienveillance médiatique du Figaro et consorts qui aujourd'hui titre à la une : "Les surenchères syndicales ternissent le début de l'euro".

 

Alors assez d'hypocrisie et de chantage!

______________________________________________

Exemple de l'hypocrisie socialiste :

La prise de position au cours du conflit des retraites en 2010 du PS des Yvelines :

Réquisition sur le site pétrolier de Gargenville : une grave atteinte à la liberté et au droit de grève

 

Publié le par PS78

 

 

La procédure de réquisition pour faire ouvrir un site industriel tenu par les grévistes représente une grave atteinte au droit de grève et à la liberté des travailleurs.

Dans le cas de Gargenville, la préfète des Yvelines se met doublement en faute :

D’abord en évoquant le code de la Défense alors que rien ne peut laisser penser que la sécurité du territoire soit menacée

En appliquant la procédure de réquisition prévue le code des Collectivités Territoriales

 

__________________

Le Figaro

La stratégie de déminage catégoriel de François Hollande et Manuel Valls n'a pas permis de mettre un terme aux blocages avant le coup d'envoi de l'Euro de football, comme l'espéraient le chef de l'État et son premier ministre qui n'excluait jeudi soir «aucune hypothèse.

Alors que l'Euro 2016 commence ce vendredi soir, avec un match inaugural au Stade de France, la situation sociale reste extrêmement tendue, partout en France, et particulièrement en Île-de-France, où commenceront les festivités. Un échec pour l'exécutif, qui avait misé sur un essoufflement du mouvement. François Hollande et Manuel Valls, qui voulaient croire que les syndicalistes n'auraient pas le cran de pénaliser l'Euro, en sont pour leurs frais. Leur stratégie de déminage catégoriel n'a pas non plus porté ses fruits. Ce qu'a admis, en creux, le chef du gouvernement, qui réunissait jeudi à Matignon ministres et secrétaires d'État, comme il le fait deux fois par mois. «Valls nous a dit que les grèves et les blocages devenaient excessifs et qu'on ne pouvait pas laisser les choses durer comme cela», rapporte un membre du gouvernement. Et, depuis Clermont-Ferrand, où il était en déplacement en fin de journée, le premier ministre a affirmé qu'il n'excluait «aucune hypothèse» (dont des réquisitions, pas «exclues») pour acheminer les 80.000 supporteurs attendus vendredi soir au Stade de France mais qui pourraient être empêchés par les grèves massives de conducteurs des RER B et C.

...

 

_________________________

 

Le Parisien

 

En début de semaine, la CGT-Cheminots assurait encore que « l’Euro n’était pas un objectif en soi ». Et pourtant, pour le premier jour de la compétition, la grève à la SNCF contre la réglementation du travail se poursuit pour sa dixième journée d’affilée à l’appel de la CGT, SUDRail et FO. Pis, le premier match de l’équipe de France, ce vendredi soir, contre la Roumanie, est clairement ciblé par les manifestants. Le trafic sur les RER B et D qui desservent le Stade de France (Seine-Saint-Denis), où se déroulera la rencontre, sera très perturbé. Alors que le nombre de grévistes sur les gares de Lyon (Paris XIIe) et du Nord (Paris Xe), dont dépendent les deux RER, avait tendance à diminuer depuis quelques jours, il va fortement augmenter aujourd’hui.

 

Le risque d’une belle pagaille

 

« Certains collègues avaient gardé des jours de grève pour le début de l’Euro, reconnaît Bérenger Cernon de la CGT-Cheminots Paris Sud-Est. Il y aura plus de 85 % de grévistes sur la ligne D et plus de 70 % sur la B. Nous préférerions emmener les gens au Stade, mais on ne peut pas mettre nos conditions de travail entre parenthèses pour l’Euro. On veut marquer le coup, et cette journée peut être un tournant. » Jeudi, la SNCF a demandé aux supporteurs des deux équipes d’anticiper leurs déplacements, tout en précisant que le Stade sera ouvert dès 18 heures. Néanmoins, la compagnie ferroviaire prévoit un RER B toutes les 6 minutes et un RER D toutes les 10 minutes.

 

Pour atténuer les effets de la grève, la SNCF peut compter sur le « pool fac », un groupe d’une soixantaine de conducteurs habilités à conduire des trains sur toute l’Ile-de-France. « Ce pool a été créé par Anne-Marie Idrac, quand elle était à la tête de la SNCF (NDLR : de 2006 à 2008), pour remplacer notamment des conducteurs en formation, détaille Bérenger Cernon. Ce sont surtout des briseurs de grève. Mais avec un tel taux de grévistes sur les RER B et D, ils vont devoir dépouiller les autres lignes. »

 

Devant le risque d’une belle pagaille pour venir assister au match d’ouverture de la compétition, le couple exécutif a montré les muscles jeudi. D’abord, Manuel Valls a indiqué qu’il n’excluait « aucune hypothèse » pour acheminer les supporteurs vers le Stade de France. Et notamment la réquisition des cheminots. Contacté, Matignon n’a pas été en mesure d’expliquer dans quel cadre législatif c’était possible. Puis Hollande a assuré qu’il serait « extrêmement attentif et vigilant dans la journée de demain » et a promis qu’il « prendrait toutes les mesures qui seront nécessaires. » Il peut en tout cas compter sur la RATP car, malgré un appel à la grève à la RATP, un trafic normal est prévu. Pour les supporteurs, des itinéraires alternatifs sont donc possibles avec les lignes 12 et 13 du métro.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article