Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!

Publié le par FSC

Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!
Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!

C'est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre le décès de notre camarade Georges Séguy.

Nous reviendrons beaucoup plus en détail sur la vie de combat et de dévouement aux travailleurs de Georges.

 

Communiqué de l'Institut CGT d’histoire sociale

 

Georges Séguy, secrétaire général de la CGT de 1967 à 1982, est décédé le samedi 13 août 2016. Il avait 89 ans. Nous sommes douloureusement touchés.
Face à la maladie et aux drames de la vie, Georges a résisté jusqu’au bout de ses forces.
A Toulouse, sa ville natale, devant les délégués du 50e Congrès de la  CGT il avait lancé : « il ne suffit pas de s’indigner, il faut aussi résister ! ». Résister fut en effet sa ligne de conduite depuis ses 15 ans jusqu’à son dernier souffle de vie.
A peine revenu de l’enfer de Mauthausen, embauché à la SNCF, il adhère à la CGT où ses camarades lui confient des responsabilités.
Dirigeant national du Parti communiste français à partir de 1954, c’est en 1967, au 36e Congrès, qu’il est élu Secrétaire général de la Confédération générale du travail. Il a marqué sa période par sa clairvoyance politique, son sens aigu de la synthèse, ses répliques cinglantes non dépourvues d’humour.
Attaché à l’unité de la classe ouvrière il a veillé à tenir compte des évolutions tant socioprofessionnelles que celles des process de travail.
Il n’a jamais accepté la division syndicale, dans un contexte souvent difficile il a tenté de trouver des voies unitaires.
Il a plaidé pour plus de démocratie dans la CGT pensant ainsi renforcer son indépendance. Les profondes modifications auxquelles il aspirait ont mis du temps à se concrétiser.
En 1982, à 55 ans, l’âge de la retraite des cheminots, contre toutes les habitudes, il quitte le secrétariat général de la CGT.
Il fonde alors l’Institut CGT d’histoire sociale, dont il était encore Président d’honneur.
A la tête de l’association il a œuvré pour un travail rigoureux sur l’histoire de la CGT, refusant une histoire officielle ou instrumentalisée.
Soucieux de recherches plurielles il a ouvert les portes aux scientifiques : historiens, politologues, économistes, sociologues, juristes…
Il a veillé à la conservation des archives de la Confédération en signant, dès 1982, une convention de dépôt avec les archives départementales de Seine-Saint-Denis. Aimant à dire que : « contrairement aux paroles de la chanson, du passé, il ne faut pas faire table rase », depuis 1982 il n’a eu de cesse de montrer combien l’expérience de la CGT, avec ses ombres et ses lumières, est riche pour le présent. Il a ouvert la voie à un réseau d’instituts d’histoire sociale territorial et professionnel.
Nous pleurons un dirigeant historique qui, à la suite de Benoit Frachon, a su, en dépit d’un contexte politique et économique marqué par les crises, mettre la CGT sur le chemin de la réflexion et des évolutions. Pour un syndicat « novateur, audacieux, conquérant » auquel il tenait tant.
Nous pleurons aussi un camarade chaleureux, fraternel, aimant à rire et à chanter.
A Michel, à Dany, à sa sœur Denise, à ses petits enfants, à toute sa famille nous adressons nos condoléances les plus fraternelles et  affectueuses condoléances.
 
Elyane Bressol, Présidente de l’Institut d'histoire sociale de la CGT
 
______________________
La déclaration confédérale
 

Une grande figure de la CGT et du syndicalisme

C'est avec beaucoup de tristesse et d'émotion que nous avons appris le samedi 13 août 2016, le décès de Georges Séguy, à 89 ans, ancien Secrétaire Général de la CGT de 1967 à 1982.

C'est une grande figure de la CGT et du syndicalisme qui vient de nous quitter. Infatigable porteur de valeur humaine et des droits émancipateurs pour tous les salariés, c'est ce qui le guidera jusqu'à son dernier souffle.

Très tôt dans sa jeunesse, il s'engage dans la résistance au moment de la deuxième guerre mondiale.

De part son engagement en tant que premier dirigeant de la CGT, il aura à cœur de faire vivre la démocratie interne de la CGT. Tout comme, il laissera une place importante aux jeunes et aux femmes pour qu'ils/qu'elles prennent des responsabilités.

Sa responsabilité sera marquée notamment par les événements de mai 68 avec de nombreuses grèves dans les entreprises, qui conduiront à une augmentation de 35% du SMIG et de la création des sections syndicales d'entreprise, suite aux négociations de Grenelle et son relevé de conclusion.

Encore aujourd'hui, il était très attentif et au fait de l'actualité dans un monde où le capitalisme n'a plus de limite, faisant progresser la précarité et les inégalités de façon incessante. Il disait en 2013 :« Il ne suffit pas de s'indigner, il faut s'engager ».

Cette formule trouve encore tout son sens, avec la Loi travail et tous les choix politiques qui ne répondent pas aux revendications premières des salariés.

Georges Séguy sera inhumé dans la stricte intimité.

Un hommage lui sera rendu, en septembre, par la CGT.

Montreuil, le 14 août 2016

Mardi, Août 16, 2016
Alessandro Vitagliano
Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!
Georges Séguy vient de disparaître! résistant, combattant sa vie durant au service des travailleurs!

Commenter cet article