Bouches du Rhone : rentrée sociale, en avant pour le 15!

Publié le par FSC

Bouches du Rhone : rentrée sociale, en avant pour le 15!

Source : La Marseillaise

L’assemblée générale de l'Union départementale de la CGT des Bouches-du-Rhône s’est tenue mardi à la maison des dockers. Au menu, les grands dossiers qui feront l’objet de cette rentrée sociale.

La démocratie, le débat d’idées, sont une chose courante au sein de la CGT. Et l’assemblée générale qui s’est tenue hier à ce que tout le monde a convenu d’appeler « le centre d’embauche des dockers  » a sûrement été le théâtre de discussions bien légitimes. La Marseillaise, comme les autres médias, n’y a pas été conviée. Mais nous savons qu’au coeur des débats il y avait l’expression des incertitudes, les grands questionnements qui traversent toutes les organisations progressistes qui ont à faire face à la violence redoutable d’un système qui ne fait de cadeaux à personne. Aggravation des conditions de vie, comme l’ont rappelé les animateurs du Secours populaire et d’autres organisations humanitaires. Des conditions de travail, quand on a la chance d’en avoir un, qui se dégradent au bon vouloir d’un patronat s’estimant désormais au dessus de tout soupçon. « Nous ne baissons pas les bras, déclare Yann Manneval à l’ouverture de cette assemblée générale qui a rassemblé toutes les professions qui font la richesse de la région. Ils sont portuaires, sidérurgistes, travailleurs de la pétrochimie, postiers et plus généralement employés des services.

Tous dans la même galère

« Premier chantier, poursuit ce responsable syndical, l’intensification de la lutte contre la loi travail. Tout le monde est concerné, son application n’épargnera personne». Mais il y a bien d’autres sujets de préoccupation. « L’avenir de nos structures industrielles. La sidérurgie, la métallurgie, la pétrochimie qui font vivre des milliers de salariés dans notre région» . Des sous traitants et de communes entières conscientes que l’arrêt de ces activités seraient un désastre. Commerces fermés, services publics désormais inutiles, le visage nouveau d’un pays qui ne se résigne pas et aussi, c’est une tradition, sait résister.

La CGT s’inscrit dans ce mouvement. Elle est, comme d’autres organisations syndicales ou politiques, traversée par divers courants. Mais tout le monde a toute latitude de faire entendre sa voix. L’essentiel étant de tracer un chemin commun vers plus d’humanité.

Gérard Lanux

Commenter cet article