Durban : 17e congrès de la Fédération Syndicale Mondiale 1

Publié le par FSC

Durban : 17e congrès de la Fédération Syndicale Mondiale 1

C'est demain, mercredi 5 octobre que s'ouvre à Durban (Afrique du Sud) le 17e congrès de la FSM.

Notre délégué au congrès, Jacky Omer cheminot, trésorier du FSC y représente notre organisation.

De là-bas il nous informe et nous informera tout au long des travaux de cet important rassemblement.

Merci Jacky!

 

 

Après un voyage assez long, chaotique avec une vingtaine de vérifications d'identité, valise perdue et retrouvée, la délégation du FSC est enfin arrivée à Durban pour participer, du 5 au 8 octobre, au 17ème congrès de la FSM, (Fédération Syndicale Mondiale).
Nous avons pu constater ce qu'est tristement devenue cette entreprise publique de transport aérien, Air France, suite à sa livraison, clefs en main, aux requins de la finance européenne  depuis le passage de Jospin (PS) comme 1er ministre et Gayssot (PcF) ministre des transports en 1997.
Nous comprenons mieux les raisons d'une chemise, soit disant, arrachée!
Durban, ville de la république Sud Africaine, plus de 3 millions d'habitants, se situe sur la côte de l'Ocean Indien.
Cette ville a été colonisée après sa découverte par Vasco de Gama.
Durban et sa Nation ont été, pendant de longues années, marquées par une forte dictature raciale, l'Apartheid.

Nous nous rappelons que l'équipe de France de rugby avait rencontré d'énormes difficultés pour jouer contre les Springboks car Blanco était du déplacement.

Ceci étant, avec le temps une page de l'histoire a été écrite par ce peuple surexploité et écrasé, qui a su gagner sa liberté et l'égalité de droits par une lutte opiniâtre!
Un homme a été à la tête de cette lutte contre l'apartheid, Nelson Mandela.
Il fut, comme 7 de ses camarades, condamné à la prison à vie.
Or, la rue et les organisations syndicales ont poursuivi le combat et n'ont rien lâché !
Après 27 ans de prison et tout renoncement de collaboration et de partenariat social avec le gouvernement en place, N.Mandela fut quand même libéré .
 
Par la suite, ont été légalisés les partis politique; l'ANC, dont Mandela devint Président, et le PC.
La lutte internationale pour la liberté de ce militant a été un exemple de fraternité en France, animée principalement par la CGT.
Une médaille a été frappée à l'époque à cet effet et diffusée dans toutes les entreprises et établissements.
Preuve que la solidarité et la lutte internationale avaient un sens de classe et doivent le conserver aujourd'hui!
 
Durban le 4 octobre 2016.

Jacky OMER

________________________________

 

 

Juin 1990 L'Humanité

UNE MEDAILLE POUR MANDELA. Henri Berry, secrétaire de la fédération CGT des Travailleurs de l'Etat (FNTE), accompagné notamment de Michel Warcholak, secrétaire confédéral, a remis lundi à «l'Humanité» une médaille portant l'effigie du combattant sud-africain, frappée par les militants du syndicat des Monnaies et médailles. C'est en mai dernier que cette initiative avait été prise conjointement avec Georges Marchais, président du Comité des libertés. «Il suffit de lire, a déclaré Roland Leroy, sur le revers de la médaille ce que Nelson Mandela disait au procès de Rivonia - «J'ai adopté pour idéal une société démocratique et libre où tout le monde vivrait ensemble dans la paix et avec des chances égales. J'espère vivre pour le conquérir, c'est aussi un idéal pour lequel je suis prêt à mourir» - pour comprendre le sens de sa respiration, que nous avons mesuré durant les 27 années de son emprisonnement et que nous mesurons tous, heure par heure, depuis le moment de sa libération arrachée par un combat fantastique. C'est «naturellement» que le journal de Jaurès a «fait tant pour la libération de Mandela». «Naturellement, car l'organe central du PCF ne pouvait se comporter autrement». La diffusion de cette médaille, a conclu Roland Leroy, «est en même temps une action, car Mandela libre, ce n'est qu'une nouvelle étape du combat pour la libération du peuple sud-africain.» On peut se procurer cette médaille auprès dela FNTE, 263 rue de Paris - case 541 - 93515 Montreuil. Elle est diffusée au prix de 120 francs + 30 francs de frais de port. (Photo Pierre Trovel)

Commenter cet article