L'Hôpital malade de la financiarisation : Challans en danger!

Publié le par FSC

L'Hôpital malade de la financiarisation : Challans en danger!

La situation imposait une réplique d'ensemble.

L'appel à l'action et à la grève le 8 novembre prochain constitue donc une première étape largement unitaire.

TOUS ET TOUTES EN GREVE LE 8 NOVEMBRE 2016

Un seul constat : l’hôpital et ses personnels sont attaqués de toute part, avec une accentuation sans précédent sur la période 2010/2016.

Un seul objectif : la déstructuration du système hospitalier français. En seulement 6 ans deux lois complémentaires ont atteint leur objectif et eu les conséquences néfastes : la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoire), la loi Santé (dite de modernisation du système de Santé).

La Défense de l’Hôpital Public nous impose la GREVE.

S’appuyant sur le combat mené depuis le mois de mars pour le retrait puis l’abrogation de la loi Travail, les Fédérations FOCGTSUD ont décidé d’appeler à la GREVE et à la MOBILISATION de l’ensemble des personnels de la Fonction Publique Hospitalière (du secteur sanitaire, social et médico-social) :

LE MARDI 8 NOVEMBRE 2016

_______________________________

Source : Ouest France

Manque de moyens humains, financiers et matériels...Le syndicat du Centre Hospitalier Loire-Vendée Océan tire la sonnette d’alarme sur la situation de l’hôpital de Challans, « en danger », et demande à rencontrer Marisol Touraine.

« Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas »

En écrivant au président de la république, le 13 septembre dernier, les représentants CGT du centre hospitalier Loire Vendée Océan (CHLVO) ont voulu frapper fort. « Nous vous interpellons aujourd’hui face à la situation de plus en plus inquiétante autant au niveau des conditions de travail que dans la qualité de prise en charge de nos patients », annoncent-ils dans les premières lignes de la missive. 

Le SAMU fermé à deux reprises

Parmi les situations jugées « inacceptables », les représentants du personnel alertent sur la fermeture du SAMU pendant quelques heures le 10 septembre par manque de médecin. « Quelle famille accepterait de perdre un de ses proches parce que le SAMU le plus proche n’est pas ouvert ce jour là? », interroge la CGT. Une situation inquiétante, qui s’est reproduite lundi dernier pendant quelques heures, comme l’a confirmé la direction du CHLVO à Ouest France.

« Une question de volonté politique »

Face à des équipes épuisées devant les réformes et autres restructurations successives, la CGT a donc décidé d’interpeller les politiques en charge des orientations nationales de santé publique. « C’est uniquement une question de budget et de volonté politique », estime Martine Michon, aide-soignante aux urgences et représentante syndicale.

Dix jours après l’envoi de leur lettre, les représentants CGT ont reçu une réponse du cabinet de François Hollande les renvoyant vers la ministre de la santé, Marisol Touraine.

 

Publié dans SANTE

Commenter cet article