La mairie F-haine d'Hayange veut expulser le Secours populaire de ses locaux!

Publié le par FSC

La mairie F-haine d'Hayange veut expulser le Secours populaire de ses locaux!

Mais la résistance s'organise et l’association caritative s’est pacifiquement opposée à l’huissier chargé de récupérer les clés.

Que de partout monte la protestation en soutien à la lutte engagée, pour que l'emporte la solidarité sur la haine et la division!

_________________________

Face au trouble manifeste d'ordre public créé par le nazillon, que dit le ministre de l'intérieur sur l'expulsion d'une association reconnue d'utilité publique, dont le monde entier loue la disponibilité sociale et militante, l'universalité de l'engagement pour venir en aide aux plus vulnérables?

Chers amis,

Vous êtes nombreux à avoir réagi suite à l’injuste décision de la Mairie d'Hayange d’expulser le Secours populaire de ses locaux.

Face à cette situation odieuse, le Secours populaire réagit avec force et indignation :

vous trouverez ci-dessous et en PJ la déclaration du Secours populaire français :  à faire connaître et circuler largement.

 

Déclaration du Secours populaire français

Vendredi 30 septembre 2016 – 12h

 

 

Honte au maire d'Hayange qui a décidé d'expulser le Secours populaire français. Jamais un élu de la République n'avait pris une telle décision.

Nos amis d’Hayange et de Moselle nous informent que, ce matin, ils ont refusé de remettre les clefs du local à l’huissier en présence de très nombreuses personnes, notamment de familles aidées par le Comité du SPF.

C'est un crime contre la solidarité : que vont devenir les 770 personnes aidées et accueillies par le Secours populaire dans cette commune ? Des dizaines de familles monoparentales, des enfants, des personnes âgées, victimes de la pauvreté et de l'exclusion et parmi elles, plusieurs familles de réfugiés-migrants chassés de leur pays par la guerre et la misère.

N'acceptons pas cette mesure scélérate.

Le Secours populaire francais doit pouvoir continuer, à Hayange comme partout ailleurs, d'aider en toute indépendance toute personne qui a besoin d'aide, d'accueil, d'écoute, d'une solidarité au quotidien.

La haine ne passera pas. »

 

 

Invité ce vendredi sur RMC, Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire, a répondu à Fabien Engelmann:

 

"C'est scandaleux ! C'est vraiment avec une grande émotion que j'ai appris cette nouvelle. Ça me fait penser à l'expression 'Tirer sur une ambulance'. (Le maire) tire sur des gens qui se dévouent sans compter pour apporter la solidarité dans cette ville, comme dans toute la France, qui ne prennent jamais position sur des problèmes politiques".

"Ce que l'on sait, c'est que le maire se prépare à mettre en place (à la place du Secours populaire, ndlr) une organisation de caractère fasciste. C'est une association qui se donne pour but, et ils le disent très clairement, d'aider les Français seulement. C’est-à-dire que nous faisons face à une véritable campagne raciste, anti-étrangers qui est vraiment indigne d'un maire".

"Reprocher à une association de solidarité de faire la solidarité aux réfugiés, à ces enfants, ces femmes qui ont dû quitter leur pays non pas pour venir au Club Med mais parce qu'ils étaient chassés de leur pays par la guerre, la dictature, c'est renier tout le passé de la France terre d'asile et de la Ligue des droits de l'Homme, poursuit Julien Lauprêtre. C'est tellement injuste, odieux. C'est vraiment une initiative de caractère fasciste. Le maire de Hayange a l'inhumanité au cœur. C'est un forcené du racisme et de l'antisémitisme". Concernant les accusations d'un supposé militantisme politique, le président du Secours populaire assure que l'association "est du bord de l'indépendance. Nous ne faisons que de la solidarité. Nous n'avons aucun fil à la patte, aucune préférence. On reste dans le domaine de la solidarité."

 

Commenter cet article

closson daniel 01/10/2016 18:12

il y a encore trop de français qui ne croient pas que le fascisme est l'arme des exploiteurs .