Les attaques contre le service public des transports se poursuivent : Les dirigeants de la SNCF abandonnent le territoire!

Publié le par FSC

Les attaques contre le service public des transports se poursuivent : Les dirigeants de la SNCF abandonnent le territoire!

Source : La Montagne

Avec la suppression d’un train de nuit sur la ligne Brive-Toulouse, les cheminots CGT de Brive dénoncent une offre en baisse pour les usagers et des postes supprimés à la SNCF.

 

Ce train, à trois branches, partira de Paris avec 16 voitures ; à Brive, 3 partiront à Rodez ; et à Toulouse, 3 autres iront jusqu'à Latour-de-Carole : « L'offre passe ainsi de 26 à 16 voitures, et 42 places sont supprimées vers Rodez et Latour. Même si en semaine, la fréquentation est plus légère, ces trains sont pleins pendant les vacances et les week-end, assurent Bernard Gorsse, contrôleur, et Franck Arrivé, conducteur, tous deux délégués CGT. Et quand on vient de Rodez, ce train de nuit est une solution pour arriver à Paris le matin vers 7 heures ».

Autre inquiétude des délégués CGT, cette seule ligne de nuit sera, à partir de septembre 2017, fermée pour travaux nocturnes « pendant 4 à 10 ans ! La solution de la SNCF est alors de faire passer le train de nuit Paris-Toulouse par Bordeaux, la liaison pour Rodez se fera à partir de Toulouse et ne desservira plus les gares du Lot, du côté de Saint-Denis-près-Martel comme de Souillac ».

La CGT a fait le compte sur les postes concernés par cette ligne : « 18 conducteurs de fret, 13 conducteurs voyageurs et 47 contrôleurs en moins pour le Limousin, ce qui va entraîner des mutations, des départs à la retraite non remplacés. On dénonce ainsi l'abandon du territoire, aussi bien par l'État que par la Région, la déshumanisation des agents, de plus en plus agressés verbalement ou physiquement par des usagers mécontents ».

La CGT préconise une solution, le temps de ces travaux pour éviter que les usagers abandonnent le train en prenant d'autres habitudes : « Le train de nuit passant par Bordeaux pourrait rejoindre Brive par Périgueux pour assurer la circulation vers Rodez et Toulouse, tout en maintenant les horaires et dessertes actuels. Et dans les périodes où les travaux s'arrêtent, l'intégralité des circulations doit être maintenue ».

Horaires 2017

Du côté des trains de jour, la CGT a moins à redire avec la nouvelle grille horaire, valable à partir de juillet 2017, qui lui « convient assez bien, même si un aller-retour Brive-Toulouse est supprimé. Le point positif est l'instauration d'un nouveau départ à 4 heures du matin à Brive pour arriver plus tôt à Paris. On craint cependant la bataille des petites gares (Uzerche, La Souterraine…) sur la ligne Brive-Paris où la SNCF veut réduire les arrêts à quatre ». Pour alerter les usagers, les délégués cheminots CGT iront à leur rencontre, les 18 et 19 octobre, en gare de Brive.

(*) Pour le premier train, à Toulouse, 4 voitures partent vers Latour et 7 vers Cerbère. Pour le second, à Brive, où les voyageurs ne peuvent ni descendre, ni monter la nuit, 11 voitures vont à Toulouse pendant que 4 desservent Rodez.

Christine Moutte

Commenter cet article