La première victime de la guerre c'est la vérité!

Publié le par FSC

Nos "grands" médias" nous abreuvent d' "informations" concernant Alep et la Syrie.

Pour le mouvement syndical se préserver des manipulations s'agissant de la guerre ET de la PAIX fait partie intégrante des tâches de solidarité internationale.

La vrai solidarité internationale ne se confond pas avec l'approbation des campagnes soit-disant pour les droits de l'homme et qui ne servent qu'à justifier les interventions guerrières impérialistes qui comme on peut le constater à présent ne conduisent qu' au chaos!

Un mensonge d'état

Et souvenons nous du plus grand mensonge d'état devant les nations-Unies en 2003 pour justifier l'intervention américaine source de tous les désordres actuels :

Colin Powell brandissant un flacon sensé prouver que Saddam Hussein possède des armes chimiques de destruction massive. On sait depuis qu'il s'agit effectivement d'un énorme mensonge des dirigeants US ET qui a eu des conséquences catastrophiques pour toute une région et pour le monde!

Tout cela implique chez nous une attitude critique à l'égard des entreprises de propagande auxquelles les médias dominés par quelque milliardaires et les antennes publiques soumises au pouvoir se livrent en permanence comme on a pu le voir à l'occasion des luttes contre la loi travail.

C'est pourquoi nous faisons état ci-après d'un article, rare parmi ses confrères, d'un quotidien généraliste britannique de langue anglaise, fondé en 1986 : The Independent

 

 

Il est devenu de plus en plus  dangereux d’être un correspondant étranger sur le front de la guerre civile en Syrie . Et cette situation est due au fait que les djihadistes détiennent le pouvoir dans l’ est d’ Alep. Ils  ont été en mesure d’exclure les journalistes occidentaux, qui risquaient d’être enlevés et très probablement tués s’ils allaient  là – bas, et ils les ont  remplacé en tant que sources d’information avec des hautement partisanes « activistes locaux » qui ne peuvent pas ne pas être sous contrôle djihadiste .

Les médias étrangers a qui a été  donné l’autorisation – grâce à la naïveté ou à  l’intérêt – d’avoir des contacts avec des personnes qui ne pourraient fonctionner qu’avec la permission de Al-Qaida et  des groupes  tels que jahhat al Nusra et Ahrar al-Sham  qui déterminent l’ordre du jour de l’information.

Le précédent d’ Alep signifie que les participants à un conflit futur auront intérêt à dissuader de venir  les journalistes étrangers qui pourraient faire des reportages objectifs. En les enlevant et en les tuant, il est facile de créer un vide d’information qui créera une grande demande et sera, à l’avenir,  fourni par des informateurs sympathisants à ou à la merci des mêmes personnes (dans ce cas, les dirigeants djihadistes de l’est Alep) qui ont sequestré les journalistes étrangers. Tuer ou d’enlever celle-ci se révèle avoir été un geste intelligent par les djihadistes, car il leur a permis d’établir un contrôle substantiel des nouvelles pour atteindre le monde extérieur. Ce sont de mauvaises nouvelles pour tout journaliste indépendants qui cherchent à  entrer sur leur territoire et menaçent leur monopole de l’information.

Il y avait toujours une contradiction flagrante au cœur de la position des médias internationaux: d’une part, il était incroyablement dangereux pour les journalistes étrangers d’entrer dans les zones de l’opposition Syrienne  mais en même temps, les activistes indépendants ont apparemment été autorisés à opérer librement par certains des mouvements les plus violents et impitoyables sur la terre. La menace pour les journalistes occidentaux était très réelle: James Foley a été  décapité rituellement  le 8 Août 2014 et Steven Sotloff quelques jours plus tard, bien longtemps avant que les journalistes étrangers alors entrés zones insurgées contrôlées soient  en grand danger.

 
Mais la menace était tout aussi grand pour une personnes locales vivant sous la domination des insurgés qui auraient critiqué leurs actions ou idées. Cela ressort clairement d’un rapport d’ Amnesty International publié en Juillet de cette année , intitulé Torture Was My Châtiment . Philip Luther, directeur du programme Moyen – Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, a déclaré que , dans ces lieux, les  civils « vivent dans la peur constante d’être enlevés s’ils critiquent la conduite des groupes armés au pouvoir ou ne parviennent pas à se conformer aux règles strictes que  certains ont imposé ».

Les journalistes véritablement indépendants ou militants sont ciblés, selon le rapport. En parlant de Jabhat al-Nusra (qui s’est  lui-même rebaptisé Jabhat Fatah al-Sham et était autrefois la branche syrienne d’Al-Qaïda), un activiste des médias de 24 ans appelé « Issa » dit « ils contrôlent tout ce que nous pouvons et ne peut pas dire. Vous soit d’accord avec leurs règles et politiques sociales ou vous disparaissez.  »

Ce qui suit est dit  par un activiste politique appelé « Ibrahim » , qui en 2015 a organisé une manifestation pacifique en faveur de l’insurrection de 2011. Une telle action indépendante était évidemment inacceptable pour Nusra qui l’ a enlevé. Il dit: « On m’a emmené dans la salle de torture. Ils me placés dans la shabeh position me suspendu au plafond de mes poignets pour que mes orteils étaient sur le sol. Puis ils ont commencé à me frapper avec des câbles sur tout mon corps … après la shabeh ils ont utilisé le dulab (pneu) technique. Ils pliées mon corps et m’a forcé à aller à l’ intérieur d’ un pneu, puis a commencé à me frapper avec des bâtons en bois.  »

Bassel, avocat à Idlib, a déclaré: «Je suis heureux d’être libre de la domination injuste du gouvernement syrien, mais maintenant la situation est pire.» Il a critiqué Nusra sur Facebook et a été immédiatement arrêté. Amnesty affirme que les principaux groupes armés d’opposition sont tout aussi terribles sur ceux qui ne sont pas d’accord avec eux..

Il y avait une période en 2011 et 2012 quand il y avait vraiment des militants de l’opposition indépendants opérant en Syrie, mais quand  les djihadistes ont occupé,  ces braves gens ont été forcés de fuir à l’étranger, ils se tu ou sont t morts. En Août 2013, je me suis présenté sur le même programme de télévision que Razan Zaitouneh, avocat des droits humains de renom et fondateur du Centre Violations de documentation qui a enregistré des crimes et des atrocités. On parlait  par Skype depuis le bastion de l’opposition de la Douma dans le nord-est de Damas où j’avais été l’année précédente, mais il était devenu trop risqué pour moi de rester là..

Zaitouneh décrivait l’attaque au gaz sarin de poison qui avait tué tant de personnes dans les districts rebelles de Damas et de dénoncer le gouvernement syrien pour cette action. Elle était un défenseur de l’opposition syrienne non-djihadiste, mais elle a également critiqué l’Arabie qui a soutenu r le mouvement Jaish al-Islam qui contrôlait Douma. Le 8 Décembre, ses hommes armés ont fait irruption dans son bureau et elle et son mari Wael Hamada, et deux militants des droits civils ont été pris: Samira al-Khalili, un avocat, et Nazem al-Hamadi, un poète. Aucun des quatre n’a été vu  depuis et sont très probablement morts.

 

Il était commode pour les médias internationaux de diffuser les vidéos et interviews Skype à partir de l’est d’Alep comme si elles avaient été donnés aussi librement qu’à Copenhague ou à Edimbourg. Pour ce faire, autrement, auraient nui à leur  crédibilité de leur matériau filmé et convaincant dans lequel ceux qui parlaient  avaient l’air effrayé, et avec raison, et il y avait des coups de feu et le boom de l’explosion des obus.

Rien de tout cela était nécessairement faux – mais il y avait de nombreuses omissions. Il n’y avait aucun signe de 8.000 à 10.000 combattants armés dont l’ONU estimait qu’ils se trouvaient  dans l’est d’Alep. En fait, je ne me souviens pas avoir vu quelqu’un avec une arme à feu ou une position armée dans ces films déchirants. Les seuls habitants visibles d’Alep sont des civils non armés, en contraste complet avec Mossoul où les forces armées irakiennes combattent des milliers d’hommes armés Isis qui utilisent la population civile comme boucliers humains.

Il serait idiot de croire que ce PR très attrayant et professionnel pour l’opposition armée syrienne est le fruit de  leur propre travail. Les gouvernements étrangers jouent un rôle assez ouvert dans le financement et la formation opposition spécialistes des médias. Un journaliste de la  partie syrienne à Beyrouth m’a raconté comment il lui avait été offert 17.000 $ par mois lorsqu’il avait  travaillé seulement un projet de relations publiques des médias d’opposition, soutenue par le gouvernement britannique.

La domination de la propagande sur l’information dans la couverture de la guerre en Syrie a de nombreuses conséquences négatives. C’ est une véritable guerre civile et l’accent exclusif sur les atrocités commises par les forces armées syriennes sur une population civile non armée donne une image déformée de ce qui se passe. Ces atrocités sont souvent vraies et l’ONU affirme que 82 civils auraient été sommairement exécutés à l’est d’Alep le mois dernier. Mais, aussi mauvais que cela soit, c’une grossière exagération de comparer ce qui est arrivé à Alep au génocide au Rwanda en 1994 ou le massacre de Srebrenica l’année suivante.

Les agences de presse ont fini par être nourrie à la petite  cuillère par les djihadistes et leurs sympathisants qui font ce qui est impossible pour les observateurs indépendants comme  visiter les zones qu’ils contrôlent. En régurgitant  les informations provenant de ces sources contaminés, les médias donnent aux groupes de type Al-Qaïda tout latitude  à continuer à tuer et enlever des journalistes afin de créer et de bénéficier d’une information vide, qu’ils sont dans l’incapacité de remplis.

Commenter cet article