Latécoère TOULOUSE , manifestation contre les licenciements boursiers et ... convergence des luttes!

Publié le par FSC

Source : La Dépêche.fr

 

 

 

 

 

«L'industrie française n'est pas un paillasson sur lequel on vient faire du fric, comme le pensent les fonds de pension américains»... C'est devant le site historique de l'entreprise de sous-traitance aéronautique Latécoère, rue de Périole, à Toulouse, que les militants de la CGT venus de toute la région, avaient choisi de se réunir symboliquement, hier matin, «pour dire qu'il est encore possible de construire un autre avenir industriel».

À l'appel de la fédération de la métallurgie, Il y avait là des salariés des entreprises Ratier, Labinal et bien sûr du groupe Airbus, touché, lui aussi, par des licenciements, avec en prime la visite surprise des infirmières de la clinique de l'Ormeau de Tarbes, venus témoigner de l'occupation quelles sont en train de mener.

«À l'heure où même la riche filière aéronautique connaît restructurations et licenciements et où une négociation cruciale s'est engagée pour une convention collective nationale unique pour tous les travailleurs de la métallurgie, il est urgent de se mobiliser», ont expliqué les manifestants qui se sont ensuite rendus, en début d'après-midi, devant la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Toulouse, rue du Languedoc.

Le cortège a finalement fusionné avec la manifestation des pompiers qui se déroulait à la même heure, mettant pas mal d'animation (et de bouchons) dans le centre-ville. Florent Costes, le délégué CGT de Latécoère en a profité pour faire le point sur son entreprise. «Les candidats au plan de départs volontaires, avaient jusqu'à hier pour se manifester et nous attendons la réunion de comité de groupe vendredi», a-t-il expliqué, toujours opposé au plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui prévoit la suppression notamment de 156 postes, «alors que le chiffre d'affaires de Latécoère qui s'établit à 497,20 millions d'euros, et en progression de 39 M€ sur un an».

La CGT a annoncé que cette première journée d'action serait suivie d'autres initiatives.

  •  

Commenter cet article