Répression syndicale à Eau de Paris !

Publié le par FSC

Source : L'Humanité.fr

Le syndicat organisait ce mardi un rassemblement de soutien à Freddy Zannier, ex-délégué CGT licencié après 30 ans de service.

Le syndicat CGT d’Eau de Paris, l’établissement public industriel et commercial (EPIC) en charge de la gestion des eaux de la capitale depuis la remunicipalisation décidée en 2008, appelait ce matin à un rassemblement devant le siège dans le 13e arrondissement, pour protester contre le licenciement « brutal » d’un collègue et réclamer sa réintégration. Agé de 50 ans, Freddy Zannier, ancien élu CGT employé depuis 30 ans comme « technicien usagers abonnés » chez Veolia puis Eau de Paris, a été licencié le 15 novembre dernier pour une série de griefs que le syndicat juge infondés.

« La direction lui reproche sans preuve d’avoir quitté le travail plusieurs fois avant l’heure, et de créer un climat de tension dans son service, dénonce Henri Bousquet, qui siège pour la CGT au conseil d’administration de l’EPIC. Il y a un an Freddy a eu une altercation avec son supérieur et a écopé d’une mise à pied de trois jours, mais dans son service, ses collègues ont témoigné qu’ils ont de très bons rapports avec lui ». Le militant replace ce licenciement dans un contexte de pression sur les effectifs, qui sont passés selon lui de 943 à moins de 900 depuis 2012, alors que de nouvelles missions échoient aux agents. « Le cas n’est pas isolé, il y a eu quatre licenciements en quelques mois, et beaucoup de ruptures conventionnelles et de démissions », pointe le syndicaliste. La direction reproche également une baisse d’activité à M. Zannier, mais celui-ci explique souffrir de problèmes de dos et faire l’objet de restrictions médicales lui interdisant d’effectuer par exemple des descentes dans les égouts. « Quand j’ai été convoqué à l’entretien, j’y suis allé seul car je m’attendais à de simples reproches, pas à un licenciement », raconte-t-il, mettant cette sanction « disproportionnée » sur le compte de son engagement syndical et son incapacité médicale. L’ex-délégué CGT a reçu le soutien de Jean-Noël Aqua, élu communiste de la Ville de Paris et administrateur d’Eau de Paris, qui juge le dossier bien « léger » pour un licenciement.

Une troisième rencontre avec la direction, aujourd’hui, n’a pas permis de faire bouger les lignes.

Publié dans REPRESSION

Commenter cet article