Decazeville (Aveyron) : 2000 personnes manifestent pour exiger la réouverture de la maternité

Publié le par FSC

SOURCE : France TVinfo

Pour la 2è fois en janvier, une 50aine de femmes enceintes, entourées de 2000 personnes, ont manifesté samedi à Decazeville pour réclamer la réouverture de la maternité fermée depuis le décès d'une mère et de son enfant au cours d'un accouchement en octobre. 

Elles étaient déjà descendues dans la rue le 14 janvier dernier. A l'appel du collectif "Nous voulons accoucher à Decazeville", une cinquantaine de femmes enceintes ont de nouveau manifesté samedi après-midi, malgré la pluie, dans les rues de Decazeville, entourées d'environ 2000 personnes, élus ceints de leurs écharpes tricolores en tête.


Pas question pour ces futures mamans d'accoucher dans une autre maternité que celle de Decazeville, pourtant fermée depuis que  dans la la nuit du 5 au 6 octobre 2016,  une maman et son bébé y ont trouvé la mort au cours d'un accouchement.

Une information judiciaire avait alors été ouverte et, fin décembre, l'Agence régionale de santé (ARS) avait prolongé de six mois supplémentaires la suspension d'activité de la maternité, "en raison de risques graves pour la sécurité".

Pendant cette période, la prise en charge des accouchements est assurée par les établissements hospitaliers les plus proches : Rodez, Villefranche-de-Rouergue et Aurillac, situés entre 45 mn et une heure de voiture de Decazeville.

Pour le collectif et pour les quelques 70.000 habitants de l'ouest aveyronnais concernés par la fermetutre de la maternité, cette  situation ne peut durer. Ils craignent en outre que la fermeture de la maternité engendre dans la foulée celle du bloc opératoire de nuit, de la chirurgie, de la réanimation et des urgences de nuit.

Commenter cet article

smp 29/01/2017 19:28

Salut, chaque fois qu'une mère et ou son enfant meurt à cause de la politique de désertification médicale est pour nous un crime! Contre de tels crimes que fait l'Etat bourgeois? Que disent et font les concurrents aux diverses élections sinon nous leurrer! Il n'y a que la mobilisation de masse de toutes et tous qui peut faire pencher la balance. La santé est d'ordre public et devrait être le budget premier comme dans les pays socialistes existants comme elle l'était dans les ex Etats socialistes. notre bourgeoisie par rapacité, cupidité et égoïsme détruit tout, la santé qui n'est pas assez rentable, en démantelant le service public au bénéfice des établissements privées propriétés de grands groupes.
La reconstitution d'un service public hospitalier d'Etat et son financement par l'impôt et cotisations sur les entreprises privées, nationalisations des établissements privées (sans indemnisation ni compensation...) et des monopoles pharmaceutiques doivent être nos mots d'ordres pour que la santé gratuite soit un droit effectif pour tous. C'est l'esprit de la loi initié par Ambroise Croizat à l'issue de la deuxième guerre mondiale impérialiste. Nous devons aller plus loin cependant! amicalement rouge mtn.