Les services publics malades de la rentabilité : Nouvelle fusion de services fiscaux dans le Val-d’Oise !

Publié le par FSC

Source : Le parisien

Les services des finances publiques dans le Val-d’Oise vont subir une cure d’amaigrissement dès ce 1er janvier. Ce sont plusieurs services qui fusionnent ou qui vont fermer.

Les services des impôts des particuliers (SIP) de Garges Est et de Garges Ouest fusionnent et deviennent le SIP de Garges extérieur. Il en est de même pour les services des impôts des entreprises de Pontoise Est et Pontoise Sud qui n’en forment plus qu’un. Même chose à Ermont. La recette des finances publiques de Sarcelles va aussi fermer, tout comme les trésoreries de Sannois et de Cormeilles-en-Parisis.

« Tous les ans, il y a cinq ou six trésoreries qui ferment, et ça dure depuis cinq ans maintenant », déplore Michel Morin, secrétaire départemental de Solidaires finances publiques 95. Il indique que cette restructuration entraîne la suppression de 24 postes. « Depuis 2008, on a perdu 320 agents, c’est l’équivalent d’une grosse trésorerie », souligne Myriam Lebkiri, secrétaire de la CGT finances publiques 95.

Pour Solidaires comme pour la CGT, cela représente une perte substantielle pour les usagers. Dans les services qui fusionnent, ce sont des effectifs réduits qui vont devoir faire face aux demandes. « La seule réponse que l’on a, c’est que les gens peuvent utiliser Internet, ajoute Michel Morin. Mais aujourd’hui à Garges, il y entre 1 000 et 2 000 personnes qui passent par jour, même avec Internet. » Le bilan établi par la CGT est assez parlant. « En 2015, on a reçu physiquement 413 000 usagers, et répondu à 73 455 courriels », ajoute Myriam Lebkiri.

Les syndicats craignent que le mouvement se poursuive dans les années à venir. « À la fin, il ne restera probablement que quatre ou cinq trésoreries pour tout le département », considère Michel Morin.

Contactée, la direction départementale des finances publiques du Val-d’Oise n’était pas disponible pour répondre à nos questions.

  leparisien.fr

Commenter cet article