Pour le retour plein et entier à la Sécurité Sociale de 1945 garantissant le droit à l’accès aux soins pour tous !

Publié le par FSC

Effectivement à y regarder de près, le texte de pétition que nous avons d'ailleurs relayé mérite de sérieuses corrections pour être replacé dans la philosophie initiale qui a présidé à la construction de l'édifice de la Sécurité sociale.

Jean-François Chalot nous le rappelle opportunément.

_______________

Les textes de pétition et les appels se multiplient ces temps-ci.

Défenseur de la Sécurité sociale, je m’apprêtais à soutenir l’appel initié par André Grimaldi, professeur de médecine

http://mouvementdedefensedelhopitalpublic.fr/petition-pour-la-securite-sociale/

Ce texte de défense de la sécu est sympathique et « semble » aller dans le bon sens.

Ma curiosité m’a conduit à lire attentivement cet appel et j’y ai trouvé ce passage suivant :

« Les économies doivent être faites sur les traitements inefficaces, les prescriptions injustifiées et les hospitalisations évitables (soit plus de 20% des dépenses), sur le prix parfois exorbitant et non justifiable des médicaments et dispositifs médicaux nouveaux, sur le coût de la gestion du système de santé (les frais de gestion des mutuelles et compagnies d’assurances représentent 20% de leur chiffre d’affaires contre 6% pour la Sécurité sociale). La prévention doit être développée. »

Quels sont ces traitements inefficaces ?

Quant aux « hospitalisations inévitables », c’est une chanson bien connue déjà en vogue avec la réduction du nombre de nuits d’hôpital pour des questions comptables et souvent peu médicales.

Les bras m’en sont tombés quand j’ai lu le passage suivant mis en exergue :

« Nous demandons au futur président de la République de garantir pour le prochain quinquennat le niveau actuel de remboursement des soins par la Sécurité sociale »

Il ne s’agit donc pas pour les initiateurs de ce texte de défendre la sécurité sociale, c’est-à-dire de mettre à bas toutes les réformes de « gauche » et de droite qui ont plus que grignoté le principe de l’accès aux soins pour tous, mais de geler le niveau actuel de remboursement !???

Je ne signerai pas ce texte et espère que ses initiateurs vont revoir leur copie !

Un texte clair celui-là, co-signé par 202 personnels hospitaliers, médecins, employés de Sécurité sociale prend position pour le retour plein et entier à la Sécurité Sociale de 1945 garantissant le droit à l’accès aux soins pour tous :

« Ensemble, personnels hospitaliers, employés de Sécurité sociale, médecins libéraux et hospitaliers nous affirmons : Le PLFSS 2017 doit être retiré.

 C’est une exigence immédiate.

 De manière plus générale, la démocratie exige de revenir aux principes qui ont été institués en 1945 : la prise en charge à 100 % des soins et des médicaments par la Sécurité sociale, un accès libre pour tous aux soins médicaux et hospitaliers.

 Pour cela :

  • Les ordonnances de 1967 doivent être abrogées pour permettre le rétablissement de l’unité de la Sécurité sociale.
  •  Le numerus clausus (1972) qui conduit aux déserts médicaux doit disparaître.
  •  Le forfait hospitalier (1983) doit être abandonné.
  •  La CSG doit être abolie et rétablies les cotisations de Sécurité sociale fondées sur le salaire.
  •  Il faut en finir avec le plan Juppé et l’Ondam (1995) qui asphyxient chaque année davantage notre système de soins.
  •  Les lois Bachelot (2009) et Touraine (2015) et les décrets obligeant les hôpitaux à se regrouper dans les GHT doivent être abrogés.
  •  Toutes les lois qui ont réduit les prestations de Sécurité sociale doivent être abrogées.
  • Les exonérations patronales de cotisations sociales doivent être immédiatement annulées.
  •  Il faut rouvrir les lits, les hôpitaux, les maternités, les centres de réanimation et les urgences qui ont été fermés ces dernières années par les gouvernements successifs.

 Il est temps de revenir aux fondements de la Sécurité sociale. La Sécurité sociale, telle qu’elle a été arrachée au lendemain de la guerre, doit être rétablie, fondée sur le seul salaire différé et assurant les remboursements à 100 %

En signant cet appel, nous faisons le serment de nous grouper pour faire valoir cette exigence en toute occasion et d’aider à rassembler les forces qui imposeront que soit rétablie la Sécurité sociale de 1945. »

Pour se procurer cet appel, s’adresser à :

 retoursecu45@gmail.com

 

Jean-François Chalot

Commenter cet article

HENRY Michèle 07/01/2017 19:20

J'approuve TOTALEMENT et fais mienne l'analyse critique de cette pétition que je ne signerai pas non plus. Je suis allée au cinéma voir "La Fille de Brest" et je salue le combat d'Irène Frachon et de tous ceux qui, comme elle, agissent pour faire éclater la vérité sur les attaques portées par le FRIC contre l'HUMAIN.
Mais, à chacun ses connaissances, ses expériences, son vécu. Par exemple, celui vécu dans les secteurs de la Santé, n'est pas celui vécu, comme pour moi, dans le secteur de la Sécurité Sociale pendant 43 ans (années de "placard" comprises...) en qualité d'employée (cadre CGT) dans une CRAM (Caisse Régionale d'Assurance Maladie). Sur la Sécu, je sais de quoi je je parle et encore plus depuis ces 2 dernières années durant lesquelles j'ai travaillé sur le 75ème anniversaire de la mise en oeuvre de la Sécurité Sociale en 1945/1946 dans mon département, le Loiret.
C'est ce qui me donne envie de compléter cette réaction/contribution de Jean-François sur quelques points, histoire "d'enrichir l'argumentation".
1 - D'abord compléter l'énumération des mesures à prendre pour une reconquête de la Sécurité Sociale : < RETOUR DU VOTE DU BUDGET DANS LES CAISSES DE SECURITE SOCIALE ET VOTE PAR LES SEULS REPRESENTANTS DES ASSURES SOCIAUX.
< ABROGATION DE LA LOI EVIN de 1989 QUI A OUVERT LE CHAMP DE LA COMPLEMENTAIRE "SANTE" AUX ASSURANCES PRIVEES et REORIENTATION DU ROLE DE LA MUTUALITE VERS LA PREVENTION ET LA REPARATION DES RISQUES.

2 - Rappeler la mise en oeuvre des outils de casse sous le quinquennat Hollande :
LA MISE EN PLACE AU 1er JANVIER 2016 :
< DE L'ANI (Accord National interprofessionnel) QUI ELARGIT LE CHAMPS D'ACTION DE LA COMPLEMENTARITE "SANTE",
< DU PACTE DE RESPONSABILITE QUI REDUIT ENCORE LES COTISATIONS DE L' ENTREPRISE (abusivement dénommées "cotisations patronales") EN MATIERE D'ALLOCATIONS FAMILIALES,
< LA MISE EN OEUVRE DE LA "PUMA" (Protection Universelle Maladie) qui remplace la CMU de BASE (pas la CMU COMPLEMENTAIRE, evidemment !),
ET POUR 2017, la mise en chantier DU PRELEVEMENT DES IMPOTS A LA SOURCE à partir de l'Entreprise, lequel - au risque de décevoir ceux qui trouvent cela "pas mal" organise un rapprochement des prélèvements fiscaux et sociaux pour ABOUTIR A CASSER LE LIEN ENTRE SALAIRE ET SECURITE SOCIALE, faire disparaître les COTISATIONS DE L'ENTREPRISE SUR LES RICHESSES CREEES PAR LES SALARIES et REMPLACER LE PRINCIPE DE "REPARTITON" PAR CELUI "D'ETATISATION" avec l'objectif d'un MINIMA SOCIAL pour Tous (ou presque : les Etrangers en situation irrégulière n'ont pas droit à la PUMA).
Et , c'est là que la boucle se boucle avec l'annonce des prétendants au "Trone" : de Droite (Boutin et Cie) comme Socialistes (Hamon, Montebourg) et "l'entre-deux" (Macron) d'un REVENU UNIVERSEL et INCONDITIONNEL de BASE qui vise à démanteler la protection sanitaire et sociale. Dès lors, il convient d'imaginer à quelle protection sanitaire et sociale nous ouvriraient droit notre cotisation CSG (merci Rocard !...) et la PUMA... Et pour le reste, il y aura l'assurance privée pour qui pourra se la payer !!! Quant aux mutuelles nul doute qu'elles auront du mal à faire le poids dans ce contexte.

3 - Un dernier point : rappeler les PRINCIPES FONDAMENTAUX qui ont préfigurés ce que devait être, en 1945/1946 la mise en oeuvre de cet outil REVOLUTIONNAIRE qu'était la SECURITE SOCIALE, principes trop souvent énumérés mais pas assez expliqués :
< LA SOLIDARITE = principe de la REPARTITION "COTISATIONS/PRESTATIONS" selon l'expression "de CHACUN selon ses MOYENS (salariés + entreprises où les salariés produisent les richesses du pays) à CHACUN selon ses BESOINS".
< LA DEMOCRATIE = Les caisses sont gérées par un conseil d'administration composé de 3/4 de représentants des salariés (la CGT revendique 0 patron) et 1/4 de représentants de patrons, élus sur
des listes électorales.
< L'UNIVERSALITE = La SECURITE SOCIALE OBLIGATOIRE s'applique à TOUTES et à TOUS sur TOUT le territoire français.
< L'UNICITE (ou UNITE) - le plus mal connu des principes fondamentaux et pourtant celui dont Ambroise Croizat affirmait qu'il était INDISPENSABLE pour que vive la Sécurité Sociale.
L'UNICITE devait reposer sur 2 AXES :
- 1 seul et UNIQUE REGIME : LE REGIME GENERAL DE LA SECURITE SOCIALE qui devait intégrer les salariés du commerce et de l'industrie, le monde agricole, celui des artisans, commerçants, professions libérales, les régimes spéciaux. Et surtout pas de régimes complémentaires. Le rôle de la mutualité mutuelles devait être réorienté (voir ci-dessus).
- 1 SEULE et UNIQUE CAISSE PAR ECHELON GEOGRAPHIQUE :
1 par Circonscription - (+ échelons locaux) : LA CAISSE PRIMAIRE DE SECURITE SOCIALE
1 par Région : LA CAISSE REGIONALE DE SECURITE SOCIALE
1 au niveau national : LA CAISSE NATIONALE DE SECURITE SOCIALE
avec, cerise sur le gâteau, 1 SEUL et UNIQUE MINISTERE : LE MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE que MITTERRAND a rebaptisé Ministère des Affaires Sociales ...

La réaction des Assurés Sociaux, après les annonces de Fillon sur l'avenir qu'il envisage pour la Sécurité Sociale, doit nous interpeler : malgré 70 années d'attaques tous azimuts et de tous genres de TOUS les GOUVERNEMENTS qui se sont succédés, contre cette Institution pour la rendre impopulaire et la liquider, les assurés sociaux expriment leur attachement à leur Sécurité Sociale. Sa reconquête mérite, pour le moins, que l'on se donne - à tous niveaux : citoyens, politiques, syndicaux, associatifs, etc... - des moyens de mêmes niveaux que ceux qui ont été donnés pour expliquer la nocivité de la loi "chômage" d'El Khomeri. C'est sûr, il y a du pain sur la planche, mais le "Terrain" est favorable et l'époque est propice, sachons les mettre à profit.
Michèle HENRY

smp 06/01/2017 15:02

Bonjour et meilleurs vœux de luttes des classe!
effectivement abroger toutes les lois réactionnaires est indispensable! mais les pétitions sont elles la panacée? pour financer la Sécu (gratuité des soins et d' hospitalisations pour tous! revenus de remplacements aux malades et accidentés et à nos ainés etc) l'argent nous devons le prendre dans les coffres-forts du capital et plus particulièrement aux monopoles pharmaceutiques et autres!
Bien vu néanmoins mais seule une mobilisation de masse durant les campagnes électorales où les vendeurs de chimères ''polluerons'' les écrans tv et boites à lettres de promesses restants électorales.
sans parler des pires....
il n'est que temps que de se battre sans attendre la femme providentielle ou l'homme providentiel;
2017 est le centenaire des révolutions russes dont celle d'octobre qui a donné les sécurité sociale
aux Travailleurs. amicalement pour le smpcgt hva martin