Ce qui préoccupe la Confédération Européenne des Syndicats : c'est le sauvetage de l'Union européenne !

Publié le par FSC

La CES prétend être une confédération syndicale défendant les travailleurs.

Elle n'est pas avare de déclarations sur les droits, sur l'Europe sociale tout en étant totalement absente de l'organisation effective des luttes que les travailleurs engagent contre les politiques d'austérité, l'exigence de la Commission européenne des réformes structurelles contre les conquis sociaux en matière de droit du travail, de la protection sociale, du droit à la santé.

Comme on a pu le constater récemment au cours de notre lutte contre la loi el Khomri de 6 mois, durée pendant laquelle son silence a été abyssal !

C'est que fondée en 1973 pour contenir l'intervention des salariés, dépendante fortement du financement des institutions européennes, son principal souci et ses principales interventions consistent à mettre en garde lesdites institutions face à la colère qui monte du monde du travail contre une union exclusivement au service du capital, de l'oligarchie, de la finance.

Elle ne s'adresse donc pas d'abord aux travailleurs pour leur demander de résister mais aux institutions européennes pour les protéger de la colère populaire.

Dans sa plus récente adresse (voir ci-après) la CES réitère cette démarche.

En oubliant que déjà lors de la clôture de son 13e congrès à Paris en septembre 2015 son nouveau secrétaire général l'italien Luca Visentini devait rencontrer dès le lendemain du congrès, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne afin que es déclarations à l'ouverture du congrès soient transformées en actes.

Car comme à l'accoutumée Jean-Claude Juncker, grand manitou de la fraude sociale au Luxembourg s'était plié aux rites de l'exercice à l'occasion des grands messes "syndicales" de la CES en se fendant de la promesse d'investissements faramineux et de la relance du fameux "dialogue social".

 

Et comme prévu,

voir notre article de l'après-congrès de la CES :

http://www.frontsyndical-classe.org/2015/10/apres-le-congres-de-la-ces.html

RIEN n'a résulté ce cette attente de la relance du "dialogue social" et des "engagements" de J.-C. Juncker.

Reste à mobiliser pour que les travailleurs d'Europe interviennent réellement pour résister à la remise en cause de TOUS les conquis sociaux issus de la Libération et pour ce qui nous concerne à faire sérieusement le bilan de notre appartenance à la CES ces 20 dernières années !

Une inquiétude de la CES qui s'exacerbe en même temps que monte la contestation radicale de plus en plus large de l'existence même de l'Union européenne comme l'atteste le récent ouvrage de Coralie DELAUME :

_______________

SOURCE : le site de la CES

Dernière chance pour l'Europe sociale

Extraits de la déclaration du 21 janvier 2017 :

Pour l’UE, c’est la dernière chance de répondre au ressentiment populaire à son égard. Tel est l’avertissement lancé par La Confédération européenne des syndicats (CES) à la Commission européenne.

Lundi prochain, 23 janvier, la Commission européenne dévoilera ses dernières réflexions en matière de politique et de législation sociale lors d’une conférence intitulée « The European Pillar of Social Rights: going forward together » (Le socle européen des droits sociaux : avançons ensemble) que donneront le Président Juncker et la Commissaire Thyssen.

« Le Président Juncker a été élu par le Parlement européen sur la promesse d’une Europe plus juste et plus sociale », a déclaré Luca Visentini, Secrétaire général de la CES. « Le très attendu socle des droits sociaux est pour lui l’occasion de tenir cette promesse. »

« L’UE a une dernière chance de répondre à la colère des travailleurs à son égard. Elle peut soit ignorer cette colère, soit veiller à améliorer le sort des travailleurs. »

...

Commenter cet article

smp 14/02/2017 19:15

Salut, j'ignore qui le camarade Karl vise dans son intervention. Mais si Trump ou Poutine ont des raisons pour le maintien ou non de l'U.E ne prouve en rien que ceux qui sont aussi contre elle marxiste ou pas soient d'accord avec ces dirigeants bourgeois. Lénine avait déjà averti que les Etats Unis d'Europe ne pouvaient être que réactionnaires. Combattre l'U.E capitaliste impérialiste est le devoir de chacun des militants syndicaux les plus conscients et la combattre non sur des positions bourgeoises mais justement sur des positions anti-capitalistes anti-impérialistes, des positions marxistes! Et c'est ce qui fait la différence avec ceux qui hypocritement défendent l'U.E (donc son propre impérialisme ) pour soit disant combattre l'impérialisme des USA, ceux des Brics etc
amicalement rouge mtn.

Karl 14/02/2017 15:56

il faut en finir avec l'Europe du capital. Vous êtes en plein accord avec Trump et Poutine. Contradictoire? Mais non dialectique camarades

smp 03/02/2017 20:46

Salut; la CES, la CES p..... qu'est-ce qu'on y fait encore du syndicalisme? Non! De la collaboration et de la soumission au monopoles et multinationales de l'Europe Unie pour tondre toujours plus les femmes et les hommes de cette Europe. Pour parodier Coluche dans le naufrage de L'U.E et donc CES la différence avec le Titanic c'est qu'au moins sur le Titanic il y avait de la musique. Ce n'est certes pas rigolo mais je pense que l'on ne doit avoir aucun sentiment avec cette construction réactionnaire et avec tous ses appendices! amicalement rouge mtn