DIEPPE : casse de la poste, casse des services publics!

Publié le par FSC

SOURCE : CGT Unilever Le Meux, Union locale CGT de Dieppe

L’annonce de la fermeture des bureaux de poste de Janval, du Pollet, le nouveau projet de casse de l’emploi au centre courrier de Dieppe s’inscrivent dans les choix gouvernementaux contre le peuple pour satisfaire les actionnaires.

Nous sommes confrontés à une logique de marchandisation de tous les services pour trouver de nouvelles sources de profits aux actionnaires et rentiers. La Poste poursuit sa mutation, du service public des PTT à La Poste société anonyme. Comme dans la plupart des pays de l’union européenne, l’objectif est l’entrée en bourse et de juteux dividendes pour les plus riches.

Pour cela il faut être en mesure de garantir un joli taux de profits, les dirigeants de La Poste s’y emploient avec le soutien actif des gouvernements qui se succèdent à la tête du pays qu’ils soient de droite ou socialistes et ce depuis le vote de la loi Quilès.

Les recettes sont connues, suppressions massives d’emplois, fermetures de bureaux de poste et de centre courrier, avec pour conséquence une distribution du courrier qui n’est plus assurée quotidiennement et des utilisateurs qui ne peuvent accéder aux services postaux qu’ils relèvent du courrier, des colis ou des opérations bancaires.

Les points « poste » chez le commerçant du coin ne peuvent remplacer les bureaux de plein exercice.

La cour des comptes laisse entrevoir les choix à venir, abandons d’activités, recentrages sur le plus rentable, externalisations et sous-traitances, avec pour le personnel temps partiel et précarité, pour le public, service cher ou de moindre qualité.

Mais c’est encore insuffisant pour les tenants du libéralisme économique, l’idée est d’accentuer le financement par les collectivités territoriales, notamment les communes qui déjà dans bien des cas subventionnent des locaux postaux, des agents de guichets et dans le futur la distribution du courrier.

Ce qui se passe aujourd’hui à Dieppe est symptomatique.

Les politiques antisociales d’austérité du gouvernement Hollande, porte une lourde responsabilité dans les difficultés de vie des Dieppois liées à la casse des services publics.

L’argument du miracle numérique qui serait la panacée et remplacerait le papier est fallacieux, 25% de la population est en situation de précarité informatique, particulièrement celle des quartiers populaires frappée par la crise. L’informatique, qui devrait être au service du développement pour tous, est dévoyée pour diminuer les coûts et marginaliser les êtres humains.

En outre, si la baisse du courrier est réelle elle n’atteint pas les chiffres annoncés par les directions de La Poste, et lorsque qu’ils sont sollicités les usagers plébiscitent le support papier. Le volume des imprimés publicitaires déposés dans les boites aux lettres a augmenté de 37% en 10 ans.

Le trafic colis est en pleine croissance. Il y a du travail pour les facteurs !!!

Les pseudo-services mis en avant par le siège de La Poste n’ont d’autres finalités que de faire payer par les collectivités le rôle social que le postier acquittait gratuitement.

Alertée par Monsieur le Maire de Dieppe, le syndicat FAPT CGT 76 des activités postales et l’Union locale CGT de Dieppe mettront tout en œuvre pour que ces projets néfastes n’aboutissent pas.

La ville de Dieppe et sa population méritent mieux que des services au rabais. Des solutions alternatives existent, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités.

Nous ne nous satisfaisons pas d’un statu quo, notre syndicat est aussi force de propositions, d’autres choix sont possibles que ceux de la rentabilité financière.

Dans la période électorale qui s’ouvre il est important que populations et salariés fassent entendre leurs besoins et aspirations.

Osons un retour au service public de qualité !

Maintien et création à Dieppe au Pollet, à Janval et dans les autres quartiers :

  • Des bureaux de poste de proximité, plus nombreux, avec des plages d’ouverture en semaine plus amples pour un accès à tous, avec du personnel formé pour conseiller et aider.
  • Des services bancaires gratuits, des crédits avec des tarifs sociaux, des ordinateurs en libre service.
  • Un retour à la franchise postale (gratuité) pour le courrier à destination de tous les organismes officiels, services et entreprises publics, et pourquoi pas les associations.
  • L’intégration du rôle social du postier dans le temps de travail pour que l’humain devienne le premier critère dans les choix d’organisation du travail.

Cette liste n’est pas exhaustive et ces propositions n’ont rien d’utopique !

Devant ces attaques, La CGT prendra ses responsabilités !

 

Commenter cet article