PS, HAMON, N'ayons pas la mémoire courte !

Publié le par FSC

Benoît HAMON vient de rendre publique la mise en place de son équipe de campagne.

Il feint de tourner la page pour ne pas avoir à rendre des comptes sur la politique menée par le PS, en particulier sur le terrain économique et social.

Pourtant dans son équipe on retrouve tous les courants solfériniens.

Et parmi eux, en bonne place un certain Carnouvas qui en pleine bataille contre la loi travail attaquait durement la CGT.

« Caste gauchisée », « privilégiés », Philipe Martinez est un « permanent politique », « un Peppone de mauvaise facture » : Luc Carvounas n’avait pas de mots assez durs mardi 24 mai sur LCI  pour essayer de discréditer la CGT et son secrétaire général. Et comme si les insultes ne suffisaient pas, Luc Carvounas s’est fait le porte-voix de la droite et du Medef en caricaturant et méprisant la lutte des salariés.

Des attaques que nul ne saurait oublier !

Rappel : Luc CARNOUVAS est sénateur PS du Val de Marne.

Commenter cet article

Gourmel Michel 03/03/2017 17:02

Luc Carvounas à la tête du conseil parlementaire : La CGT « caste gauchisée des privilégiés »
http://canaille-le-rouge.over-blog.com/2017/02/pour-qui-voulez-vous-voter.html#ob-comment-ob-comment-90164014
« Luc Carvounas à la tête du conseil parlementaire de Hamon » ; Cela ne l’empêche pas d’être tout aussi épouvantable que Valls et Hollande, voire pire si c’est possible ; sa réputation est exécrable !
« Il est surtout bien connu pour, un jour ses admonestations vulgaires à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, le lendemain pour ses comparaisons du PCF avec le FN, la veille pour ses coups de canifs méprisants à l’encontre d’EE-LV ou encore ses insultes à l’encontre de la CGT qualifiée en mai dernier sur LCI de « caste gauchisée des privilégiés ». Bref un gage de rassemblement au-delà du PS ! »
________________________________________
Nomination de Luc Carvounas à la tête du conseil parlementaire (°)
Benoît Hamon vient d’annoncer la composition de son équipe de campagne. Et une fois encore il refuse de trancher et préfère rester dans cet entre-deux qui prétend faire du neuf avec de l’ancien. Aucune famille du PS n’est écartée …
Manuel Valls a quant à lui pris soin de placer ses pions aux postes clés : Luc Carvounas, à qui il a d’abord été proposé d’être rien moins que le porte-parole du candidat, animera finalement le conseil parlementaire. Ce très proche de Manuel Valls, ardent défenseur de la politique gouvernementale au sénat, est également secrétaire national du PS aux relations extérieures, nouvel intitulé qu’il a lui-même inauguré en lieu et place de secrétaire national au relations unitaires. Il est surtout bien connu pour, un jour ses admonestations vulgaires à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, le lendemain pour ses comparaisons du PCF avec le FN, la veille pour ses coups de canifs méprisants à l’encontre d’EE-LV ou encore ses insultes à l’encontre de la CGT qualifiée en mai dernier sur LCI de « caste gauchisée des privilégiés ». Bref un gage de rassemblement au-delà du PS !
Mais la nomination de Luc Carvounas à la tête du conseil parlementaire prend un tout autre relief si l’on se souvient que le week-end dernier, lors des investitures PS pour les législatives, Benoît Hamon a renoncé à rompre avec les porteurs d’eau du quinquennat Hollande et a laissé réinvestir députés et ministres sortants (23 !) pourtant si prompts à soutenir la politique du chef de l’État et de son premier ministre. D’un week-end sur l’autre, Benoît Hamon abandonne donc à celles et ceux qui ont fait la politique de ces cinq dernières années le portage et donc la définition de la ligne politique durant le prochain quinquennat…
(quand à Hamon) Il se contente pour sa part de se garder les coudées relativement franches au sein de son équipe de campagne. Ce faisant, Benoît Hamon donne des gages sur un sujet qui n’intéresse personne sinon le PS lui-même : la main-mise sur l’appareil au lendemain de la présidentielle. Par contre, il baisse pavillon sur ce que sera la politique parlementaire à l’issue de la présidentielle. À lui le parti, à Valls le Parlement. Tel est l’enjeu finalement bien futile d’une campagne qui n’a de présidentielle que le nom.
https://cocq.wordpress.com/2017/02/11/equipe-de-campagne-hamon-joue-definitivement-le-congres/
(°) Benoît Hamon veut "un conseil parlementaire" pour remonter "les préoccupations du terrain" pendant sa campagne
http://www.francetvinfo.fr/politique/benoit-hamon/benoit-hamon-veut-un-conseil-parlementaire-pour-remonter-les-preoccupations-du-terrain_2052405.html
C’est cet engin là, ce requin, que Hamon anommé pour les remontées du terrain ! Sûr qu’il dira que Valls Hollande est super adoré du peuple !
________________________________________
Luc Carvounas, le bazooka du Parti socialiste. Le Monde.
Le sénateur du Val-de-Marne et maire d'Alfortville est devenu l'homme de la Rue de Solférino chargé de négocier avec les autres partis de la gauche.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/02/08/luc-carvounas-le-bazooka-du-parti-socialiste_1829073_823448.html
C’était il y a 4 ans ; mais le Monde le traitait déjà de bazooka ! et c’est çà que le PS utilisait pour ses négociations avec « la gauche » !

COTTY Jean-Louis 13/02/2017 12:53

Mr Mélenchon ne doit pas être un opportuniste mais tenir compte de la réalité que vivent des millions de nos concitoyens!

MARCHETTI Philippe 13/02/2017 10:32

Pour être à son niveau, je dirais " Pauvre con ".
mais je suis encore à la CGT !
Passe ton chemin...
@+Fifi