4e jour de grève de la faim au CHU de Limoges

Publié le par FSC

SOURCE : Le Populaire du Centre

Les quatre syndicalistes CGT et Sud du CHU de Limoges sont toujours en grève de la faim afin d’obtenir plus de moyens humains pour améliorer les conditions de travail du personnel. Reçus ce matin à l'agence régionale de santé, ils attendent beaucoup du comité technique d'établissement extraordinaire qui doit se tenir demain. 

C'est désormais le troisième jour de grève de la faim pour les quatre agents du CHU de Limoges, syndiqués CGT et Sud. Après deux nuits passées sous des tentes installées dans le hall du centre hospitalier universitaire, à ne boire que des bouillons filtrés, des jus de fruit et autres boissons chaudes, ils sont fatigués mais restent mobilisés.

Une délégation a été reçue ce matin par François Négrier, le directeur de l'antenne haut-viennoise de l'agence régionale de santé (ARS). « Son écoute a été assez humaine », apprécie Florence Medge, la secrétaire générale de la CGT au CHU, qui attend néanmoins d'obtenir « les moyens indispensables pour assurer des conditions de travail dignes et une prise en charge de qualité aux usagers ».

Trois revendications principales

Les revendications portent sur le remplacement des départs en retraite, le recrutement de 30 infirmiers et 60 aides-soignants pour pallier les absences quotidiennes (500 en moyenne), et enfin l'ouverture de postes supplémentaires aux concours pour résorber l'emploi des salariés contractuels (900 actuellement).

Quelques avancées

Hier, mardi 21 mars, lors du comité technique d'établissement, le directeur général aurait « confirmé son engagement à pourvoir a minima 15 postes vacants d’infirmiers et 8 postes d’aides-soignants », selon un communiqué de presse des deux syndicats, ainsi qu'« embaucher 8 aides-soignants et 6 infirmiers qui seront rajoutés aux effectifs dédiés au remplacement » [comprenant déjà une quarantaine de personnes]. « Des premières avancées » qui doivent en appeler d'autres pour la CGT et Sud.

La négociation se poursuit jeudi

Le sujet de l'accès à la titularisation sera ainsi abordé lors d'un comité technique d'établissement exceptionnel, demain à 16 h 30. Un conseil de surveillance, où siègent des élus, doit aussi se tenir vendredi matin.

L'action extrême dans laquelle se sont engagés les quatre syndicalistes suscite beaucoup de réactions. Après un débrayage du personnel hospitalier de deux heures, mardi matin, où une bonne centaine de personnes ont participé à un sitting autour du "camp de base" des grévistes de la faim et à une manifestation jusqu'au bâtiment de la direction, d'autres soutiens venus de salariés (ceux de l'entreprise GM&S à La Souterraine), d'organisations politiques (Terre de gauche, France insoumise) se sont ajoutés aux près de 5.000 signatures récoltées par la pétition.

 

Hélène Pommier

 

 

Commenter cet article