Sans-papiers : la CGT occupe un bâtiment du marché de Rungis

Publié le par FSC

SOURCE : Europe 1

A l'appel de la CGT, une centaine de grévistes étaient rassemblés dans un bâtiment de Rungis jeudi matin, pour réclamer la régularisation des sans-papiers.

Plus d'une centaine de grévistes rassemblés à l'appel de la CGT occupaient jeudi un bâtiment de Rungis pour réclamer la régularisation des sans-papiers qui travaillent sur le plus grand marché de produits frais du monde, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Il y a environ 80 sans-papiers et 30 à 40 responsables de la CGT. Ils occupent la tour Semmaris", la société gestionnaire du marché, a rapporté une source policière.

Demande de régularisation. L'occupation à débuté dès 6h du matin, avec le mot d'ordre "On bosse ici, on vit ici, on reste ici", selon la CGT du Val-de-Marne. "On ne bougera pas sans avoir eu les documents employeurs nécessaires à la régularisation, mais également le récépissé préfectoral avec autorisation de travail pendant trois mois, qui ouvre la voie vers une carte de séjour d'un an", a déclaré à l'AFP Benjamin Amar, de la CGT départementale.

Quelque 150 salariés clandestins. Le directeur de cabinet de la préfecture à rencontré sur place une délégation syndicale. La préfecture a expliqué entamer des "vérifications administratives" pour évaluer la situation des travailleurs en question. Quelque 105 salariés clandestins à Rungis réclament leur régularisation avec cette occupation. "Ce sont des gens qui travaillent au marché de Rungis depuis des années", selon Benjamin Amar. 

"C'est un iceberg". Mais ils seraient "beaucoup plus" à travailler illégalement sur le marché, selon la CGT, employés par des agences d'intérim ou des entreprises installées à Rungis dans des secteurs comme la manutention, le nettoyage ou l'agroalimentaire. "C'est un iceberg, on a que la partie émergée avec nous", a assuré le syndicaliste. 

Plus de 12.000 personnes travaillent au marché de Rungis pour presque 2.000 entreprises, selon le site internet de la société gestionnaire Semmaris.

 

Commenter cet article