une grève illimitée commence à la mairie de Nevers pour les 35 heures notamment !

Publié le par FSC

SOURCE : FranceTVinfo

L'intersyndicale CGT-CFDT-CFTC appelle les agents municipaux à un mouvement de grève illimité, à partir de ce jeudi 30 mars 2017. Elle réclame principalement le maintien des 35h et des avantages du personnel. Un rassemblement a été organisé dans la matinée.

Le conflit couvait entre les agents neversois et le maire Denis Thuriot. "Indépendant" récemment rallié à Macron.

il éclate donc ce jeudi 30 mars 2017.
A l'appel de la CGT, de la CFDT et de la CFTC, réunis en intersyndicale, une partie des personnels de la mairie de Nevers a entamé un mouvement de grève illimité.
Au coeur des revendications, les agents territoriaux placent le respect des 35 heures, la défense et le maintien de leurs avantages ainsi qu'une demande de concertation pour l'application de la journée de solidarité qui n'est actuellement pas appliquée. Ils s'inquiétent également d'éventuelles mutualisations de certains services de la ville et de l'agglomération.

La mobilisation est forte : environ 300 personnes ont participé au rassemblement devant le palais ducal, sur un total d'environ 900 agents de la mairie et du centre communal d'action sociale. D'autre part, une pétition a été remise au cabinet du maire; selon les syndicats, elle aurait recueilli la signature de 2/3 des employés.

De son côté, Denis Thuriot campe sur ses positions. Réaffirmant qu'il a été élu pour changer Nevers, et donc aussi le fonctionnement de la mairie, il indique qu'il ne touchera ni aux rémunérations des agents ni aux 35h mais qu'il souhaite une remise à plat de certains "privilèges", concernant par exemple les 4 demi-journées d'arrêt maladie sans certificat (qu'il veut ramener à 2), 2 journées supplémentaires de repos ou encore l'organisation de l'Arbre de Noël de la commune. Il estime également que les agents ont beaucoup de congés : 47 jours au total, ce que démentent les syndicats.

Un dialogue difficile

Pour l'heure, le dialogue semble rompu. Les syndicats réclament un nouveau rendez-vous avec Denis Thuriot. Mais, le maire ne voit "aucune raison" d'anticiper une entrevue qui est prévue le 13 avril prochain.
En attendant, l'intersyndicale a donc prévu d'appeler à la grève une heure chaque jour.
Le prochain rassemblement est organisé demain devant l'Hôtel de Ville. 
 

 
 
 
 

Commenter cet article