Fessenheim : un décret provocateur selon la CGT

Publié le par FSC

SOURCE : L'Alsace

La réaction de Jean-Luc Cardoso, représentant Cgt de la centrale de Fessenheim, après la publication au Journal officiel du décret actant la fermeture.
 

"Le pouvoir politique aux abois, pour pouvoir cocher coûte que coûte la case de l'engagement 41, se précipite à signer et publier un décret concernant l'abrogation d'autorisation d'exploitation de Fessenheim quelques jours avant la fin de leur mandat", déplore dans un communiqué Jean-Luc Cardoso, représentant Cgt de la centrale de Fessenheim.

"Ce décret ne fait que reprendre les décisions prises au CA d'EDF le 06 avril. Ce décret provocateur vis à vis des salariés et administrateurs d'EDF ne cherche qu'une chose : enterrer un peu plus le gouvernement sous sa montagne d'échecs en prenant une fois de plus une décision tout à fait contestable contre les intérêts d'EDF, de ses salariés et de la France et ainsi faire croire qu'une décision est prise alors qu'il n'en est rien !", dit encore le communiqué.

"Ultime provocation, ce décret inutile car ne contenant aucune réelle décision, est publié un dimanche sans avoir préalablement informé les représentants du personnel. Bel exemple de la considération qu'a le pouvoir vis-à-vis des salariés et leurs représentants ! Le gouvernement et en particulier M. le Président et Mme la Ministre devront répondre, à titre personnel, des éventuelles conséquences sur les salariés de la centrale de Fessenheim agents EDF et prestataires".

"Le pouvoir politique cherche à retourner à son avantage la victoire des salariés, il n'en sera rien : la Demande d'Abrogation de l'Autorisation d'Exploitation de Fessenheim devra de nouveau être examinée par le CA d'EDF le moment venu, c'est à dire 6 mois avant la mise en service prévisionnel de Flamanville 3. D'ici là, le personnel se mobilisera pour faire encore entendre sa voix et celle des intérêts d'EDF et de la France !", conclut le communiqué.

 

Commenter cet article