L'action des cheminots qui déplaît à Laurent Wauquiez !

Publié le par FSC

SOURCE : L'Eveil de la Haute Loire

 
Entre 600 et 700 cheminots sont annoncés par les syndicats vendredi à la mi-journée au Puy. Venus de tous les départements d'Auvergne / Rhône-Alpes, ils viennent manifester contre les conventions signées entre la Région et la SNCF. Laurent Wauquiez répond fermement vendredi matin en dénonçant un "coup" de la CGT dans sa ville.

Evitez de circuler au centre-ville du Puy vendredi entre 11 h et 14 heures car cela risque de manquer de fluidité pour vos déplacements ! Entre 600 et 700 cheminots venus de Lyon, Aurillac, Chambéry, Grenoble, Montluçon, Clermont-Ferrand ou Moulins se sont donnés rendez-vous à la gare SNCF du Puy à 11 heures. Ils arrivent à bord de nombreux bus d'après le syndicat CGT. Les cheminots et les syndicats se plaignent de ne pas avoir été associés aux négociations entre la Région et la SNCF.
 

Le cortège qui veut marquer son opposition avec Laurent Wauquiez a prévu de remonter le boulevard du Breuil pour aller manifester devant (l'ex !, lire plus loin) permanence du Conseil Régional en haut du boulevard Carnot, dans le centre-ville du Puy. Sauf que cette permanence n'en est plus une d'après les équipes de Laurent Wauquiez qui ont d'ailleurs fait démonter les enseignes et la décoration dans la matinée de jeudi. Les syndicats le savent et ont d'ores et déjà prévu "de refaire la décoration de la devanture". Sans donner plus de détails. Plus aucune indication de la Région sur le local de Carnot, les enseignes ont été enlevées jeudi matin.
 

Gare SNCF, Carnot, Mairie, place Cadelade
entre 11 h et 13 heures

Mais vu que les négocations sur la manifestation n'ont pas permis d'accord avec la mairie du Puy et la Préfecture, d'après un représentant de la CGT des cheminots, les manifestants comptent ensuite se diriger vers la mairie du Puy, vraisemblablement en empruntant la rue Pannessac. Une action est prévue devant l'hôtel de ville, à la mi-journée, là encore sans précision. Des cars de CRS stationnés dans la cour du groupement de gendarmerie.
 

Le cortège doit ensuite poursuivre sa route en direction de la place Cadelade puis de la gare SNCF où des prises de paroles sont prévues vers 12 h 30.

Par précaution, plusieurs cars de CRS étaient stationnés vendredi matin près du commissariat du Puy et dans la cour du groupement de gendarmerie place de la Libération.

"La CGT se trompe d'interlocuteur" dit la Région

Voici le communiqué transmis vendredi matin aux rédactions par Laurent Wauquiez pour répondre à la grogne des cheminots :

"Ce vendredi, les cheminots CGT d’Auvergne-Rhône-Alpes ont appelé à un rassemblement régional au Puy-en-Velay. Au regard des revendications exprimées par la CGT, le choix du lieu de cette mobilisation - au Puy-en-Velay - ne trompe personne. En cherchant à faire un « coup » dans la ville du Président de la Région, la CGT se trompe d’interlocuteur et mène le combat politicien d’un autre temps qui lui coûte de nombreux adhérents depuis des années. D’ailleurs, depuis janvier 2016, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a pris ses responsabilités en matière de transports et a financé un plan inédit de sauvetage des petites lignes menacées de fermeture faute d’entretien. A la fin du dernier mandat, le constat était accablant : plus de 1 000 km de petites lignes étaient menacés de fermeture, dont les deux tiers du réseau auvergnat. 264 millions d'euros sont désormais inscrits au Contrat de plan Etat-Région a vec un investissement exceptionnel de la Région de 111 millions d'euros.Le dispositif de sécurité se mettait en place vendredi matin.
 

"En cherchant à faire un « coup » dans la ville du Président de la Région, la CGT se trompe..."


En Haute-Loire, les travaux de rénovation de la ligne la ligne Saint-Etienne/Le Puy-en-Velay par Firminy ont déjà débuté. Elle sera ainsi sauvée grâce à l’engagement de la Région, tout comme la ligne Saint-Georges-d'Aurac/Le-Puy-en-Velay qui aurait fermé dès 2019 sans plan de sauvetage.
La Région a donc pris la mesure des difficultés auxquelles sont exposés les usagers d’Auvergne-Rhône-Alpes en proposant notamment un plan dont la mise en œuvre a débuté. Il appartient aujourd’hui aux syndicalistes de la CGT d’adresser leurs doléances à la SNCF. Laurent Wauquiez rappelle enfin qu’il a reçu les syndicalistes cheminots au siège de Clermont-Ferrand, de même que Patrick Mignola, Vice-président délégué aux Transports. La tentative de manipulation de la CGT ne peut que desservir les usagers des TER".

Commenter cet article