Les manoeuvres autour du 1er mai syndical

Publié le par FSC

Les dirigeants de la CFDT, Laurent Berger se donnent beaucoup de mal pour que les manifestations du 1er mai ne portent que sur le barrage au F_haine et le vote pour Macron comme ils viennent de le faire.

Histoire sans doute aussi de faire oublier leur politique de collaboration aux réformes du quinquenat Hollande et leurs trahisons dans les conflits des retraites.

Et les passerelles déjà jetées avec Macron dans uns récente rencontre Macron/Berger.

Ils aimeraient donc bien que la question sociale et les revendications (salaires, temps de travail, services publics, abrogation de la loi El Khomri ...) soient écartées de la manifestation du 1er mai.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres si l'on en juge par le fiasco de leur rassemblement à République hier.

Tenir bon : le 1er mai doit être une  journée de lutte revendicative préparatoire aux nécessaires mobilisations quelle que soit l'issue du deuxième tour de la présidentielle.

__________

SOURCE : Le Revenu.com

Présidentielle: bisbilles syndicales autour du mot d'ordre du 1er mai

AFP

Les syndicats sont divisés sur le mot d'ordre d'une éventuelle mobilisation unitaire le 1er mai, la CFDT souhaitant un appel à faire barrage au Front national quand la CGT ou FO penchent pour une revendication plus large, ont déclaré lundi plusieurs sources syndicales.

Paris, 24 avr 2017 (AFP) -

Une intersyndicale doit avoir lieu sur ce sujet en début de soirée dans un lieu tenu secret, réunissant les représentants des principaux syndicats et les organisations de jeunesse.

Elle portera sur une éventuelle mobilisation unitaire le 1er mai, avec tous les syndicats. Aucune communication n'est prévue à l'issue de cette réunion, "sauf surprise", selon les sources.

Lors de cette rencontre, la CFDT va proposer un mot d'ordre "unitaire pour appeler à voter contre le Front national et donc à voter pour Emmanuel Macron", a déclaré à l'AFP Véronique Descacq, numéro deux de la confédération.

Mais une manifestation unitaire autour de ce seul mot d'ordre s'avère "compliqué", a-t-elle expliqué, car si "les organisations de jeunesse sont d'accord", ce n'est pas le cas de la CGT, Solidaires ou FO. De sources syndicales, ces dernières souhaitent un appel portant également sur "des questions sociales".

"Le mot d'ordre, ça ne peut pas être que ça! Détacher la question de l'extrême droite de la question sociale, c'est continuer à alimenter ce vote d'extrême droite", a déclaré Eric Beynel, porte-parole de Solidaires.

Interrogée, la CGT, qui n'a pas donné de consigne de vote, a déclaré qu'à ce stade "rien n'a été arrêté".

Dans un entretien au Monde la semaine dernière, son secrétaire général, Philippe Martinez, s'est dit favorable à une manifestation unitaire le 1er mai. Mais l'appel "ne portera pas uniquement sur le FN", avait-il précisé.

En mars, Laurent Berger, son homologue de la CFDT, s'était dit favorable à une manifestation unitaire pour faire barrage au FN. CGT et CFDT n'ont pas manifesté ensemble un 1er mai depuis 2012.

"Si la CGT n'est pas capable de passer au-dessus de ses difficultés internes pour faire cet appel, on le fera sans eux", s'est agacée Mme Descaq.

Dans un communiqué, la FSU a appelé "à faire du 1er mai un grand rassemblement revendicatif, dans l'unité la plus large, pour une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire, et pour dénoncer l'idéologie du FN".

D'ores et déjà, "plusieurs appels unitaires sont programmées en province auxquels la CFDT ne s'est pas associée", a assuré Eric Beynel.

Commenter cet article