Union départementale CGT des Hauts-de-Seine : Un président élu par défaut et sans légitimité!

Publié le par FSC

Un président élu par défaut et sans légitimité !

Des luttes qui continuent et ne faiblissent pas !

 

Fort heureusement, l’extrême droite n’a pas accédé à la présidence de la République et c’est une victoire pour la démocratie. Mais son score est encore beaucoup trop élevé : 33% et 10 millions de voix ! On peut voir là la conséquence de dizaines d’années de politiques néolibérales menées alternativement par les grands partis institutionnels de la 5ème république qui n’ont fait que semer la désespérance et le repli sur soi.

Par ailleurs le candidat ultra libéral Macron n’a pas rassemblé face au front national : il n’est élu que par 43% des inscrits et ne rallie que 20 000 000 de votes contre 25 000 000 en 2002 pour Chirac. Et un tiers de l’électorat s’est soit abstenu soit a voté blanc ou nul. Ce qui n’est pas étonnant vu qu’il a refusé de revenir sur son projet on ne peut plus libéral.

C’est le même d’ailleurs qui fait fi de la démocratie et qui envisage de faire adopter une loi travail 2 à coup d’ordonnances ! Belle conception de la démocratie !

A cette même élection est réapparue une exigence très forte de justice et de progrès social. La gauche de transformation sociale avec la candidature de Mélenchon s’est approchée des 20% semant la panique chez les éditocrates et les relais du capital, épargnant étrangement l’extrême droite !

Or, lutter contre l’extrême droite ne peut se faire qu’en menant des politiques de justice sociale qui mettent en œuvre le partage des richesses.

Aujourd’hui, la question de la convergence des luttes, d’une reprise de la mobilisation interprofessionnelle se pose pour rompre avec les politiques d’austérité, abroger les lois scélérates : loi travail, Touraine ou  Macron… et porter des perspectives de progrès social. Face à une crise qui n’en finit pas, ce dont a besoin le monde du travail c’est l’augmentation des salaires et des pensions, les 32h, les services publics, l’égalité professionnelle, le droit à la santé pour tous…

Dans les entreprises et les services publics les luttes revendicatives se poursuivent, la période électorale n’y a rien changé.

  •   Grève le 9 mai dans les assurances MMA, MAAF, GMF contre la mise en place d’un plan de départs « volontaires » et un accord d’entreprise calamiteux !
  •   Mouvement de lutte pour les missions et les emplois à la DIRECCTE où la direction applique avec zèle la loi travail. Un rassemblement est prévu à l’unité départementale avant une journée nationale de mobilisation le 18 mai.
  •  A la poste : journée d’action le 8 juin et une pétition pour la défense de la médecine du travail.
  •  Aux finances publiques : grève le 15 mai des agents du SIP de Nanterre pour dénoncer les conditions de travail indignes dans les services.

Plus que jamais, le combat doit continuer et s’amplifier !

 

Calendrier des luttes et des initiatives :

ATTENTION ! La Conférence de Presse (rassemblement) prévu à aux portes de la SNECMA le 11 mai est annulé et reporté !

 

  •  Le jeudi 11 mai de 12 heures à 13 heures devant les locaux de l’unité départementale, 11 boulevard des Bouvet à Nanterre. – RASSEMBLEMENT des agents de la DIRECCTE.
  • Le jeudi 18 mai à partir de 10 h devant l’Hôtel de Ville de Rueil Malmaison RASSEMBLEMENT pour les libertés syndicales.
  • Le lundi 15 mai grève et rassemblement des agents du SIP de Nanterre devant le Centre administratif départemental à 9h30.

 

Commenter cet article