Déclaration de la Fédération Syndicale Mondiale sur la Journée Mondiale Contre le Travail des Enfants, le 12 juin

Publié le par FSC

La Fédération Syndicale Mondiale -FSM- qui est la voix militante de 92 millions de travailleurs dans 126 pays du monde, à l’occasion du 12 juin, Journée Mondiale Contre le Travail des Enfants, réaffirme sa ferme condamnation de cette situation anachronique et barbare.

Depuis sa fondation, la FSM a combattu par tous ses moyens et ses ressources contre toute forme d’exploitation capitaliste, soit «déguisée», soit clairement barbare. Le lutte contre le travail des enfants est une question de principe pour notre famille syndicale mondiale. Il s’agit là d’une forme d’exploitation de laquelle les industriels et d’autres grands hommes d’affaires ont tiré profit depuis le début de leur système d’exploitation: les fortunes des bourgeois ont été baties par les mains et le sang des enfants dans la phase d'accumulation primitive du capital.

De nos jours, la situation reste tragique, vu que168 millions d’enfants travaillent dans divers emplois dans le monde, alors que la situation dans la région Asie-Pacifique est dramatique: environ 9,3% de la population infantile est forcée de travailler.

Le déclenchement de la crise capitaliste et l’intensification des rivalités intra-impérialistes ont provoqué l’exploitation encore plus grande des enfants, toujours en vue de maximiser les profits des multinationales. Les enfants travaillent principalement dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’exploitation minière, tandis que d’autres enfants travaillent comme des esclaves modernes. En fait, les enfants immigrés souffrent souvent d’une double exploitation, même dans des régions qui se vantaient d’avoir éliminé ce phénomène, comme l’Europe.

La plupart du temps, ces enfants subissent des blessures psychologiques, intellectuelles, sociales ou morales irréparables alors que beaucoup d’entre eux sont aussi victimes d’exploitation sexuelle. Malgré les déclarations de l’ONU, de l’OIT et d’autres organisations internationales, le travail des enfants continue à grande échelle dans le monde entier.

Encore une fois, la FSM déclare clairement que la lutte pour l’abolition du travail des enfants est plus nécessaire que jamais. En même temps, elle appelle tous les syndicats à prendre des mesures pour garantir les droits des enfants. Nous appelons à l’action pour:


A) une éducation publique, gratuite et obligatoire pour la nouvelle génération. Abolition de toute forme de travail des enfants!
B) des loisirs et activités récréatives pour les enfants, pour le développement normal de leur santé psychologique et mentale.
C) des soins de santé pour la satisfaction des besoins contemporains de la nouvelle génération.
En même temps, en tant que mouvement syndical international de classe, nous exigeons l’abolition des termes qui figurent dans les lois de nombreux pays, concernant le «consentement» d’un enfant au travail. Les droits des enfant ne sont pas négociables!

Fin au travail des enfants!

Lutte pour la protection de leurs droits!

Commenter cet article