Repression : La CGT Énergie convoquée au commissariat de Cherbourg

Publié le par FSC

A mettre en rapport avec le dispositif état d'urgence utilisé contre les citoyens et contre le mouvement syndical et que Macron veut inscrire dangereusement des dispositions de l'état d'urgence qui seraient inscrites dans le droit commun.

SOURCE : Ouest France

À la suite des manifestations de mars sur le site Enedis d’Équeurdreville, la CGT Énergie a été convoquée lundi 12 juin au commissariat après qu’une plainte a été déposée par leur employeur. Un rassemblement de soutien avait lieu devant les locaux de la police à Cherbourg.

Catherine Melet, ancienne Secrétaire générale de la CGT Énergie de la Manche, a été convoquée ce lundi 12 juin à 11 h au commissariat de Cherbourg, à la suite des actions menées en mars sur le site Enedis d’Équeurdreville pour défendre leurs emplois, salaires et actions sociales, lors d’un mouvement intersyndical. Elle a été auditionnée en tant que représentante syndicale et non à titre personnel. Ils étaient une centaine de syndicalistes CGT à venir la soutenir devant le commissariat.

Une plainte a été déposée par Enedis contre la CGT, pour des dégradations qui auraient été commises lors des manifestations, notamment des plaques d’immatriculation retirées des voitures du gérant du réseau électrique français.

L’enquête se poursuit

Catherine Melet est sortie du commissariat au bout de 45 minutes « C’était une audition libre. J’ai eu le droit à des questions sur le site d’Équeurdreville, a-t-elle réagi. Maintenant, l’enquête va se poursuivre. » L’ex-Secrétaire générale CGT n’a pas souhaité s’exprimer davantage sur les faits reprochés.

Contactée, la direction d’Enedis confirme avoir porté plusieurs plaintes pour des dégradations mais ne désire pas s’exprimer plus sur le sujet.

Par Pauline LE MORLEC.

Commenter cet article

MARCHETTI Phiilippe 13/06/2017 11:34

Il a pas dit qu'on pourrait virer les patrons, le Macron ?
Il va y avoir des places de libres quand les salariés s'y mettront !
@+Fifi