Verrerie de Mers-les-Bains : grève pour les conditions de travail et l'emploi !

Publié le par FSC

SOURCE : L'Informateur L'Eclaireur

A Mers-les-Bains, un mouvement de grève à la verrerie

Un mouvement de grève a été lancé jeudi 8juin 2017, sur le site de la verrerie Verescence de Mers-les-Bains, dans la Somme. Le syndicat CGT évoque un ras-le-bol. La direction du groupe apporte un son de cloche différent

Un mouvement de grève a été lancé jeudi 8 juin 2017, sur le site de la verrerie Verescence de Mers-les-Bains, dans la Somme.

Le syndicat CGT évoque un mal-être au travail « qui touche l’ensemble des services et des catégories socioprofessionnelles de l’entreprise ».

Dix ans sont passés depuis la vente de Saint-Gobain aux premiers fonds d’investissement.

« Malgré l’amélioration constante de nos résultats économique, la Direction n’a de cesse de remettre en cause les organisations du travail dans l’Entreprise. Chaque investissement nécessaire à la poursuite de l’activité est conditionné à des gains de productivité souvent synonymes de diminution d’effectifs ».

Dans leur communiqué, les élus CGT assurent avoir alerté la direction sur les conséquences de ce mal-être : problème de sommeil pour le personnel tournant, salariés quittant ou voulant quitter l’entreprise, stress au travail, taux d’absentéisme plus élevé que la moyenne nationale dans l’Industrie.

« Dernièrement et suite à la réfection du four 6, malgré un avis défavorable du Comité d’Établissement et du CHSCT, la Direction a décidé de mettre en application son projet qui dégrade un peu plus les conditions de travail des salariés du Bout Froid. Depuis le jeudi 8 juin 2017, les salariés expriment leurs ras-le-bol par des mouvements de grèves, d’équipe en équipe, soutenus par la CGT. Une réunion s’est tenue vendredi 9 juin entre la Direction, la CGT et des Salariés du Bout Froid de l’équipe 2 ».

Plusieurs demandes sont formulées : suspension du projet de réorganisation du bout froid, pour le Four 6. La mise à l’essai d’une ligne pilote sur le four 6 pour analyser les risques sur les conditions de travail ainsi que les risques éventuels de dégradation de la qualité liés aux relayages par les contrôleurs et les conducteurs de lignes. L’embauche en CDI d’un certain nombre d’intérimaires. L’ouverture d’une négociation sur la baisse du temps de travail des salariés postés pour aller vers les 32 heures, avec la création d’une sixième équipe sans perte de salaire.

Du côté de la direction

Le son de cloche est différent du côté de la direction.

« Dans le cadre de la reconstruction d’un nouveau four, nous avons procédé à la réorganisation d’une partie de la production (bout froid). Celle-ci ne prévoit aucune suppression de poste fixe, mais la création d’un poste supplémentaire par équipe. Cela fait partie d’un processus d’amélioration continue que toute entreprise industrielle entreprend pour consolider son leadership. Le site de Mers-les-Bains est en effet le principal site de production de Verescence et l’objectif est d’en faire le site le plus performant et innovant dans un marché qui est très compétitif. Un plan d’investissement sur 3 ans de 30 M € dont 5 M € spécifiquement destinés à l’amélioration des conditions de travail a été mis en place et nous continuons d’étoffer notre effectif à raison d’une trentaine d’embauches par an, depuis ces deux dernières années ».
 

Commenter cet article