GM&S: 1 heure de grève solidaire mardi à l'appel de la métallurgie CGT

Publié le par FSC

effectivement le plan de reprise ne correspond ni aux attentes des salariés de GM&S, ni aux véritables besoins de la filière automobile!

 

__________

SOURCE : Le Figaro

La CGT Métallurgie appelle toute la filière automobile à une heure de grève mardi pour soutenir les salariés de l'équipementier en liquidation GM&S, qui prévoient "une action" le même jour, et dénoncer plus généralement une "situation de désindustrialisation sans précédent". "La lutte des salariés de GM&S symbolise les conséquences de la restructuration de la filière automobile (...) orchestrée ces dernières années par" ses principaux acteurs "avec l'aval des gouvernements successifs", estime le collectif automobile de la fédération, dans un communiqué.

"Ces menaces sur l'emploi pèsent également sur les salariés de la SAM en Aveyron, comme les salariés de Delphi à Blois, mais aussi à Bosch Rodez", s'alarme-t-il, soulignant l'urgence d'un "débat national sur la filière". C'est pour "obtenir" ce débat que le collectif appelle "tous les syndicats de l'automobile à une heure de grève" mardi, "mais aussi par solidarité pour les salariés de GM&S qui seront une nouvelle fois dans l'action à partir" de cette date.

Contacté par l'AFP, Yann Augras, élu CGT et secrétaire du CE de GM&S, a confirmé l'organisation d'une action le 18 juillet, dans des modalités qui seront déterminées la veille. Il s'agira "certainement d'une blocage de site" Renault ou PSA (les deux grands clients de GM&S), comme "cela a été fait dans l'Allier" la semaine dernière pendant deux jours sur le site PSA de Sept-Fons, a-t-il précisé. GM&S Industry, basé à La Souterraine (Creuse) et 2ème employeur privé du département, a été placé le 30 juin en liquidation judiciaire.

Candidat à sa reprise, l'emboutisseur stéphanois GMD ne propose de conserver que 120 salariés sur 277. "C'est non seulement indécent socialement, mais industriellement incompatible avec le type d'entreprise et les besoins de production", juge la CGT dans son communiqué, appelant l'Etat et les constructeurs Renault et PSA à prendre "la mesure de leurs responsabilités sociales". Une réunion organisée mardi au ministère de l'Economie avec l'ensemble des acteurs du dossier a permis des avancées, notamment sur les commandes de Renault et PSA, mais pas sur le nombre de salariés repris ni sur les primes de licenciement, la CGT réclamant une indemnité supra-légale pour les personnes licenciées. L'offre de reprise de GMD doit être examinée le 19 juillet par le Tribunal de Commerce de Poitiers, qui doit annoncer sa décision le 21.

___________

Si l'article du Figaro présente l'information relative à cette action de manière disons neutre,  par contre les commentaires d'un certain nombre de lecteurs de l'organe bourgeois sous un courageux anonymat, confinent à l'indécence.

 

  • Personne ne veut plus investir en France en raison de ces grèves multiples orchestrées par cces cégétistes!

  • La seule bonne question que devrait se poser la CGT, c'est de savoir si elle n'est pas largement responsable de la désindustrialisation du pays.

     

    Personnellement, je ne ferais pas d'offre de reprise. Avec des types comme cela, c'est la certitude d'avoir des em...ts à longue durée.

Commenter cet article

smp 16/07/2017 15:58

les clébards bourgeois aboient avec leurs maîtres et la CGT reste! (et seulement elle!)
amicalement, mtn.

smp 16/07/2017 15:56

prendre possession de son outil de travail = OK! mais en l'espèce aujourd'hui plus que jamais c'est:
Nationalisation sans indemnités et contrôle ouvrier qui doit devenir le mot d'ordre juste dans les luttes générales contre le système capitaliste! même dans les luttes quotidienne ce mot d'ordre doit être repris car c'est en s'attaquant à la propriété privée des moyens de production quel que soit l'angle choisi que l'on peut stopper les fermetures d'usines, défendre son pouvoir d'achat et ses intérêts...
les masses doivent faire leurs expériences et les plus avancés les éclairer les guider sur un même front! amicalement mtn.

Yvette Genestal 16/07/2017 15:37

Aux commentateurs précédents : D'où parlez-vous ? Il semble que vous ignoriez tout des conditions de travail et d'emploi dans l'industrie, des menaces perpétuelles de délocalisations, du chantage à l'emploi, des villes et régions qui se désertifient faute de travail. Vos commentaires traduisent le mépris, non de la CGT, mais des ouvriers et des salariés plus largement. La fracture sociale existe bel et bien. Vous en êtes l'illustration. Soyez honnête. Dites d'où vous parlez, qui vous êtes, quel est votre métier. Yvette Genestal, non anonyme.