L'Union européenne (UE) en défenseur des travailleurs ? Allons un peu de décence messieurs de la CES !

Publié le par FSC

La rencontre a effectivement eu lieu avec la présence de Philippe Martinez de la CGT.

Mais pour quels résultats ?

Et faut-il entretenir l'illusion d'une possible "Europe sociale" quand encore récemment on vient de voir que sur injonction de l'Europe les tarifs réglementés - donc réduits pour les consommateurs- sont considérés comme une entrave à la libre concurrence et que donc il faut laisser le loup libéral libre dans le poulailler du marché de la "concurrence non-faussée" !!!!

Ce n'est pas dans ce cadre ni avec ce type de rencontre avec les démolisseurs du code du travail que les intérêts des travailleurs seront effectivement défendus mais exclusivement par la résistance et la lutte de masse comme les périodes de conquêtes ( 1936, 1945, 1968 ...) l'attestent in-du-bi-ta-ble-ment !

Voir :

http://www.frontsyndical-classe.org/2017/07/l-union-europeenne-est-etrangere-a-la-notion-d-interet-general.html

et 

http://www.frontsyndical-classe.org/2017/07/qu-est-ce-que-la-cgt-va-foutre-a-l-elysee-avec-la-ces.html

___________

SOURCE : le site de la CES 

es syndicats rencontrent le Président français Macron

20/07/2017


La Confédération européenne des syndicats (CES) rencontrera le Président de la République française, Emmanuel Macron, le vendredi 21 juillet à 11 heures au palais de l’Elysée.

Le Secrétaire général de la CES Luca Visentini emmènera la délégation. Il sera accompagné de son Secrétaire confédéral Thiébaut Weber ainsi que des Secrétaires généraux des 5 syndicats français affiliés à la CES : Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), Jean-Claude Mailly (FO), Philippe Louis (CFTC), Luc Bérille (UNSA).

La réunion concernera les affaires européennes et portera notamment sur l’avenir de l’Europe, la proposition de socle européen des droits sociaux et la révision de la directive sur les travailleurs détachés. L’avenir de l’Europe fait référence au débat toujours en cours sur les développements futurs de l’UE et aux documents de réflexion sur différents thèmes publiés par la Commission européenne.

« Cette année est cruciale pour l’avenir de l’Europe et pour l’Europe sociale », a déclaré Luca Visentini, « et nous sommes déterminés à veiller à ce que l’UE défende les intérêts des travailleurs. Les leaders européens parlent de reprise économique mais de nombreux travailleurs attendent toujours de voir leur sort s’améliorer. »

« J’espère que la France jouera un rôle positif dans la construction d’une Europe plus solide, d’un socle européen des droits sociaux ambitieux soutenu par une initiative législative et d’un avenir meilleur pour les travailleurs partout en Europe. »

« Je me réjouis de rencontrer le Président Macron et de voir dans quels domaines nos positions se rejoignent. »

Jusqu’à présent cette année, Luca Visentini a eu des réunions bilatérales avec les Premiers ministres d’Italie, de Malte, d’Estonie, de Bulgarie et de Croatie et avec les ministres du Travail de France, d’Allemagne, d’Italie, de Suède, d’Autriche, du Luxembourg, d’Estonie, de la République tchèque, de Slovaquie, du Portugal, de Grèce, de Chypre et de Malte.

Luca Visentini sera disponible pour des interviews en anglais ou en italien à l’Elysée avant ou après sa rencontre avec le Président français.
 

Commenter cet article