Article publié depuis Overblog

Publié le par FSC

Un ami algérien de la CGT vient de s'éteindre !

C'est en particulier dans le combat commun contre la guerre et pour l'indépendance de l'Algérie que s'est forgé une véritable fraternité de lutte.

A une époque où les forces réactionnaires et social démocrates n'avaient pas de mots assez durs pour dénoncer l'engagement "politique" -disaient-ils- de la CGT qu'ils auraient souhaité voir s'aligner sur les intérêts colonialistes dont ils étaient les défenseurs.

Soutien à ses proches  en ce triste moment !

 

_______________

Boualem Khalfa à droite de la photo, en compagnie d'Henri Alleg et de l'écrivain Kateb yacine

Il est décédé ce matin à Paris des suites d’une longue maladie, à l’âge de 94 ans.
Notre camarade a fait partie de la rédaction d’Alger républicain avant son interdiction en 1955 par les autorités coloniales. Il en fut le directeur conjointement avec Henri Alleg après sa reparution à l’indépendance, en juillet 1962 et jusqu’au coup d’Etat du 19 juin 1965, date à laquelle le journal fut interdit pour son refus de soutenir les nouvelles autorités.

Boualem Khalfa a milité au sein du Parti communiste algérien dès son jeune âge après la 2e guerre mondiale. Après l’indépendance, il fut membre du bureau politique du PCA, puis de la direction du PAGS.

[…]

En 1992, Boualem Khalfa s’opposa à la liquidation du PAGS et à sa transformation en front démocratique républicain rompant avec le marxisme et le communisme.
Il combattit les tentatives d’accaparement d’Alger républicain par les courants œuvrant à le couper de sa ligne socialiste originelle et à lui imprimer une ligne de soutien aux partisans du « capitalisme moderne » sous le prétexte de faciliter l’isolement de l’intégrisme islamiste.

[…]

Alger républicain s’incline à la mémoire de notre frère et camarade Boualem. Il réitère son engagement de poursuivre sans défaillir le combat dans la fidélité aux idéaux socialistes qui ont animé sa vie jusqu’à son dernier souffle.
Alger républicain adresse ses condoléances les plus attristées à sa famille et l’assure de toute sa compassion en ces moments très pénibles.

Alger républicain
06.07.17

Triste nouvelle pour nous, le camarade Boualem Khalfa ancien Co-Directeur d'Alger-Républicain avec Henri Alleg, au lendemain de l'indépendance de l'Algérie, est décédé ce matin à l'hôpital Cochin. Je vous informerai de la date, du lieu et de l'heure de ses obsèques. Je souhaite que cette information circule parmi les adhérents dont nombreux sont ceux qui le connaissent. Il assistait régulièrement à nos assemblées générales quand il était en bonne santé. Il a également participé à nos activités.

Fraternels saluts 

William Sportisse

_______

Le Huffington Post

 

Boualem Khalfa, ancien moudjahid, journaliste et dirigeant du journal Alger Républicain, est décédé jeudi à l'âge de 94 ans après une hospitalisation de 12 jours et une logue maladie.

Militant dès son jeune âge, Boualem Khalfa a adhéré au parti communiste algérien (PCA) dès 1946. Sa rencontre avec le défunt Bachir Hadj Ali en 1944 fut décisive.

Boualem Khalfa est élu membre du bureau politique du PCA quelques mois avant le déclenchement de la révolution algérienne en novembre 1954. Il est nommé rédacteur en chef de Liberté, l'organe central du PCA.

Le défunt a participé à la guerre de libération nationale et était chargé de l'organisation des maquis de liberté du PCA, avant d’être arrêté en 1956.

Torturé et menacé d'exécution sommaire, il est condamné par le Tribunal militaire d'Oran à vingt ans de travaux forcés. Il a par la suite été transféré en France. Avec l'aide du PCF, il s'évade de la prison de Caen où il avait été ramené en 1961. Il est chargé de diriger la Fédération de France du parti.

A l'indépendance, il retourne en Algérie où il va co-diriger Alger républicain avec Henri Alleg. Boualem Khalfa était membre de la direction du Parti de l'avant-garde socialiste (PAGS) avant de le quitter et d'appeler à susciter le parti communiste algérien en 1993. Il est resté fidèle à ce dernier jusqu'à son dernier souffle.

 

 

Commenter cet article