Les GM&S comptent d'abord sur leur lutte : préparation d'une action d'envergure nationale !

Publié le par FSC

SOURCE : France bleu

Une "action d'envergure nationale" est prévue la semaine prochaine, sous réserve d'avoir l'aval de l'ensemble des salariés. © Radio France - Marc Bertrand

 

 

Les salariés de GM&S ont rendez-vous ce jeudi à Guéret avec le préfet de la Creuse et les députés de la Haute-Vienne, de l'Indre et de la Creuse. Une "action d'envergure nationale" est prévue la semaine prochaine, sous réserve d'avoir l'aval de l'ensemble des salariés.

Les salariés de GM et S vont rencontrer, ce jeudi à la préfecture de Guéret, le préfet de la Creuse et les députés de la Haute-Vienne, de l'Indre et de la Creuse, pour "faire le point et connaître leur positionnement sur l'avancée du dossier", selon Vincent Labrousse, délégué CGT de l'usine GM et S.

 

"Notre député Jean-Baptiste Moreau n'est pas forcément monté au créneau lors de la réunion au ministère, il n'a pas exprimé son désaccord sur une offre à 120 salariés repris. On veut savoir s'il a réfléchi. Pour nous il est dans la droite ligne du gouvernement. On a fait un courrier le 3 août à Bruno Le Maire, on n'a aucune réponse, aucun accusé de réception", explique Vincent Labrousse.

La cellule de crise a dû passer à une autre crise, ils doivent penser que le problème est réglé. Donc on va demander des éclaircissements au préfet et aux députés" - Vincent Labrousse

Une "action d'envergure nationale" la semaine prochaine ?

"On va faire une opération escargot, avec un départ du site de La Souterraine, jusqu'à Guéret pour le rendez-vous à 10 heures avec le préfet et les députés de la Creuse, de l'Indre et de la Haute-Vienne", ajoute Vincent Labrousse. Les salariés appellent la population à venir les soutenir.

D'autres actions sont prévues, notamment une "action d'envergure nationale" la semaine prochaine, poursuit le délégué CGT, mais "sous réserve d'avoir la validation de l'ensemble des salariés, qu'on va consulter en début de semaine prochaine parce que tout le monde n'est pas rentré de vacances".

Les salariés demandent une débat télévisé avec PSA et Renault

Dans un communiqué, les salariés demandent :

  • La "possibilité de faire améliorer l’offre et donc le nombre d’emplois repris"
  • Une "réelle indemnisation des blessés et non pas des grandes annonces de formations… pour être des chômeurs formés !"
  • Un "débat télévisé avec Peugeot, Renault, l’Etat, notre avocat et notre cabinet d’expert, le plus rapidement possible"

Selon les salariés, ce débat public permettrait de "mettre en évidence les responsabilités de chacun".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article