Réforme du code du travail : le Conseil constitutionnel saisi par les députés Insoumis, communistes et socialistes !

Publié le par FSC

C'est sur tous les terrains et sous tous les angles que la contre-réforme loi travail en pire doit être attaquée.

Sans illusion sur les recours juridiques et les institutions qui globalement participent de la domination de classe et sachant que par exemple le conseil constitutionnel est présidé par le sieur Fabius récemment reclassé et que le nouveau promu dans le "conseil dit des sages " est le centriste Michel Mercier empêtré lui aussi dans une affaire d'emploi fictif !! 

Alors pour faire prédominer les déterminations d'intérêt général c'est d'abord sur les luttes qu'il faut bien sûr compter!

Mais une telle démarche peut surement être utile comme élément dans la bataille de l'opinion pour rendre la nécessaire résistance majoritaire dans le peuple français!

 

______________

SOURCE : AFP

Les députés Insoumis, communistes et socialistes annoncent leur intention de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel contre le texte autorisant le gouvernement à réformer par ordonnances.
Ça ressemble au début d’une longue lutte. Les députés de trois groupes, la France insoumise, le Parti socialiste et le Parti communiste vont déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. Objet de leur colère : le texte voté par le Parlement qui autorise le gouvernement à réformer le code du travail par ordonnances.
Ces élus de gauche dénoncent un texte qui “contrevient à plusieurs principes et libertés constitutionnels”. Les membres de ces trois groupes expliquent les raisons de leur opposition, dans une lettre commune : “Notre recours porte principalement sur l’imprécision du mandat confié au gouvernement par les ordonnances et sur le droit à la réparation intégrale du préjudice en cas de licenciement abusif”.

Deux journées d’action à la rentrée
Mardi, l’Assemblée et mercredi le Sénat ont tous deux adopté ce texte, autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances sur le code du travail. Un texte largement adopté, par 229 voix contre 109 au Sénat et par 421 voix contre 74 à l’Assemblée.
Ce recours contre le texte s’inscrit dans une lutte plus globale contre cette réforme du droit du travail, baptisée loi travail XXL par certains opposants. Deux journées d’actions sont déjà prévues à la rentrée. Le 12 septembre par les syndicats CGT et SUD, et le 23 septembre par la gauche qui appelle à un “rassemblement populaire”.

Commenter cet article