Contribution de Jean-Pierre Page à la préparation du 52e congrès de la CGT

Publié le par FSC

Récemment nous avons publié une première contribution de Jean-Pierre Page aux enjeux internationaux du syndicalisme : 

"Internationalement, ou en est la CGT ?"

http://www.frontsyndical-classe.org/preview/76396ff0b6a2be4259f70e5306f66e5e77ab3605

Cette contribution a suscité une virulente et agressive réaction de Jean-Marie Pernot, ancien secrétaire général de la CFDT des finances intervenant à présent de manière quelque peu masquée en tant que chercheur, "expert" du monde syndical.

Dans le document suivant - dont nous publions des extraits et joignons le document complet - Jean-Pierre Page se situant dans la préparation du 52e congrès de la CGT de 2019 répond à Jean-Pierre Pernot.

Le débat de fonds est donc dors et déjà engagé et sur les enjeux internationaux et sur les questions centrales auxquelles la CGT est confrontée dans l'espace national et en rapport à son histoire!

***********

Intertitres du document de Jean-Pierre Page intitulé :

"52e congrès de la CGT : Etre ou ne pas être ?"

1 Faire un bilan !

2 Se réapproprier la CGT !

3 Apporter des réponses aux questions qui se posent !

4 Débat respectueux et ingérence !

5 Idéologie et dogmatisme ?

6 Un syndicalisme CGT du 21e siècle !

INTRODUCTION

"Le 52e congrès de la CGT va t-il (enfin?) permettre de débattre des causes véritables de cette torpeur qui s’est abattue sur le syndicalisme français.

Pourtant, un contexte national et international aux enjeux inédits impose à celui-ci le besoin de se hisser à la hauteur de ce qu’exige cette nouvelle période ! Elle n’est pas sans risques mais aussi sans opportunités ! C’est ce que viennent de démontrer les métallos allemands ! Toute la CGT se doit de prendre la juste mesure de ces défis et assumer les responsabilités qui sont les siennes ! Le prochain congrès confédéral de 2019 à Dijon le permettra t-il ? Telle est la seule question qui vaille. !"

 

CONCLUSION-RÉSUMÉ

"Un syndicalisme CGT du 21e siècle se doit d’ouvrir une perspective différente que celle qui fonctionne et a dominé jusqu'à présent. Pour la CGT cela ne saurait signifier un affadissement, ou une dilution de ses principes, ou une prise de distance avec son histoire.

Cela exige de faire valoir une analyse de classe conséquente face à la crise systémique de la mondialisation capitaliste. Un syndicalisme de classe capable d’expliquer les raisons des tensions internationales et de ne plus se réfugier dans l’apparence des choses, la superficialité et l’air du temps. C’est dire, ce que doit être le rôle de la CGT et par conséquent les responsabilités qu’elle se doit d’assumer, et devra de toute façon assumer dans l’avenir, si elle veut utilement être à la hauteur de ce qu’attendent d’elle les travailleurs en France et dans le monde."

******************

 

Jean-Pierre Page*

jean.pierre.page@gmail.com

*Jean-Pierre Page a travaillé à Air France, il a été secrétaire général de l’Union départementale de la CGT du Val de Marne (1979-1990), membre de la commission exécutive confédérale de la CGT(1981-2000), responsable du département international de la CGT(1991-2000). Il est l’auteur de plusieurs livres dont « Camarades, je demande la parole ». Investig’Action éditions, 2016

 

******************

 

 

 

 

TEXTE COMPLET :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article